publicité

Venezuela : Nicolas Maduro entame un deuxième mandat présidentiel de 6 ans

Les États-Unis, le Canada, l'Union Européenne et 13 pays d'Amérique Latine ne reconnaissent pas la légitimité du mandat présidentiel de Nicolas Maduro. Élu avec un taux de participation de 46%, ses opposants ont été exclus du scrutin et aucun observateur indépendant n'a pu vérifier l'élection.

© Twitter
© Twitter
  • Par Caroline Popovic
  • Publié le
Nicolas Maduro estime qu'il est élu démocratiquement. Il prête serment devant la Cour Suprême de Justice dont les juges font tous partie de ses proches.
La Constitution du Venezuela exige que le président prête serment à l'Assemblée Nationale actuellement sous le contrôle de l'opposition qui ne reconnaît pas la légitimité de ce deuxième mandat présidentiel.

"À ceux qui veulent briser notre détermination, ne vous trompez pas, le Venezuela sera respecté," a tweeté Nicolas Maduro.

Maduro bénéfice du soutien de ses alliés incontournables. Miguel Diaz-Canel, président de Cuba est sur place ainsi que Daniel Ortega, président nicaraguayen. Ralph Gonsalves, Premier ministre de Saint-Vincent et les Grenadines et Timothy Harris son homologue de Saint-Kitts et Nevis ont fait le déplacement pour la cérémonie d'inauguration. 
Ralph Gonsalves, premier ministre de St. Vincent et les Grenadines arrive à Caracas pour l'investiture du président Nicolas Maduro © Twitter
© Twitter Ralph Gonsalves, premier ministre de St. Vincent et les Grenadines arrive à Caracas pour l'investiture du président Nicolas Maduro
L'actuel gouvernement d'Haïti soutient le président du Venezuela. Haïti a une dette de 2 milliards de dollars envers le Venezuela.

"Haïti n'est pas disposé à abandonner un ami comme le Venezuela du jour au lendemain", affirme catégoriquement Bocchit Edmond, ministre des Affaires étrangères. 

Depuis 2015, le Venezuela est en crise. Plus de 2 millions de ressortissants ont fui le pays. Il y a une pénurie de nourriture et le service de santé est en panne. À cause du taux d'inflation galopant, le bolivar, la monnaie locale, n'a plus de valeur. Les opposants du président Nicolas Maduro sont derrière les barreaux ou exilés à l'étranger.

L'Europe, les États-Unis, le Canada et 13 pays d'Amérique Latine y compris le Guyana, Sainte-Lucie et le Panama refusent de reconnaître la légitimité de Nicolas Maduro.
L'opposition vénézuélienne réclame une transition politique. Les adversaires de Nicolas Maduro veulent qu'il renonce à la présidence. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play