Venezuela: Trump se rallie à Guaido, Moscou et Pékin soutiennent Maduro

monde
Juan Guaido
Juan Guaido, hier à Caracas , se proclame président ©Reuters >
Les réactions se multiplient dans le monde après la décision de Juan Guadio de se proclamer Président du Venezuela. Juan Guaido bénéficie du soutien entier des États-Unis et de plusieurs pays d’Amérique latine. Le président élu Nicolas Maduro reçoit le soutien de la Chine et de la Russie.
 Juan Guaido, le président du Parlement du Venezuela, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé hier mercredi 23 janvier "président" par intérim devant des dizaines de milliers de partisans qui manifestaient à Caracas contre le deuxième mandat de Nicolas Maduro.

Les Etats Unis et le Canada ont immédiatement reconnu Juan Guaido comme président du pays. Outre les Etats-Unis, plusieurs pays du continent américain valident l’auto-proclamation de Juan Guaido: le Canada, le Brésil, la Colombie, l'Argentine, le Chili, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, Panama , le Paraguay et le Pérou.
Le Mexique et Cuba ont en revanche maintenu leur soutien à Nicolas Maduro.
La Chine a déclaré ce jeudi être "opposée aux ingérences extérieures" dans cette crise politique au Venezuela. La position chinoise rejoint celle de Moscou, qui considère Nicolas Maduro comme le "président légitime" du Venezuela. Le président russe Vladimir Poutine a exprimé son "soutien", dans un entretien téléphonique, à son homologue vénézuélien Nicolas Maduro dont le pays traverse une grave crise politique “provoquée de l'extérieur".
Luis Almagro, secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA) a félicité M. Guaido en son nom mercredi.
 

Le tweet du président Français


Emmanuel Macron a salué "le courage des centaines de milliers de Vénézuéliens qui marchent pour leur liberté" face à "l'élection illégitime de Nicolas Maduro" Le Parlement européen examinera la situation au Venezuela lors de sa session plénière la semaine prochaine dans son hémicycle à Bruxelles et adoptera une nouvelle résolution d'urgence sur ce sujet.

Il s'agit de la neuvième résolution sur le pays depuis le début de la législature.
Enfin, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a affirmé que Nicolas Maduro "n'est pas le dirigeant légitime du Venezuela".