La vente de livres en Martinique est à la fois inquiétante et satisfaisante

économie
librairie affluence
Foule dans l'une des grandes librairies de Martinique ©MARTINIQUE 1ERE
Lit-on moins qu'avant en Martinique ? Difficile de se faire une opinion, au regard des analyses faites par les deux principaux vendeurs de livres de l'île. 
Deux librairies, et deux lectures différentes de la conjoncture. Si la Librairie Antillaise parle de chiffres plutôt stables, la Librairie Alexandre, s'inquiète d'un essouflement des ventes (- 12% en 10 ans).


Deux établissements structurellement différents

Cette différence d'appréciation s'explique, en grande partie, par la différence structurelle des deux principaux vendeurs de livres de l'île. La première est présente dans une demi-douzaine de communes, alors que la seconde ne compte qu'une seule boutique, à Fort-de-France. La politique d'établissement n'est pas la même, avec une Librairie Antillaise plus "grand public", alors que la Librairie Alexandre privilégie davantage les œuvres locales et caribéennes. Et cela se ressent dans les ventes !

Ouvrages internationaux à la Librairie Antillaise et auteurs martiniquais à la Librairie Alexandre

Parmi les récents succès commerciaux de la Librairie Antillaise : Harry Potter ou bien encore "Merci pour ce moment" de Valérie Trierweiler. Figure également en bonne place, sur le plan local, le livre de conseils de Victor Chapel "Vivre jusqu'à 120 ans en santé comme Moïse, sans être grabataire", qui s'est écoulé à plus de 1.500 exemplaires.

Pas de titres nationaux ou internationaux, en revanche, dans le top 3, à la Librairie Alexandre, les auteurs locaux trustent les premières places, entre autres, Edouard Delépine et ses trois tomes sur "les écrits politiques d'Aimé Césaire", et Véronique Lordinot, auteure de "L'enfant et le quimboiseur". Les ventes sont moins importantes, avec à chaque fois, moins de 300 exemplaires écoulés.