publicité

Plusieurs personnes manifestent devant la gendarmerie du Lorrain pour soutenir un jeune

Plusieurs membres d'organisations indépendantistes sont réunis ce mardi 26 février 2019 devant la gendarmerie du Lorrain. Ils dénoncent l'arrestation puis la convocation d'un jeune qui brandissait un drapeau aux couleurs de la Martinique (rouge, vert, noir) durant le carnaval de dimanche dernier.

Les membres et sympathisants étaient rassemblés devant la gendarmerie du Lorrain. © MFC
© MFC Les membres et sympathisants étaient rassemblés devant la gendarmerie du Lorrain.
  • Par Peggy Pinel-Fereol
  • Publié le , mis à jour le
Drapeau rouge, vert, noir, t-shirt ou encore casquette avec ces mêmes couleurs, une vingtaine de membres ou sympathisants du CNCP, du MODEMAS, du MPREOM ou encore du PKLS sont mobilisés ce mardi matin (26 février 2019) depuis 9 heures devant la gendarmerie du Lorrain en soutien à un jeune convoqué ce même jour. 
Les sympathisants ont brandi plusieurs drapeaux rouge, vert, noir devant la gendarmerie du Lorrain. © MFC
© MFC Les sympathisants ont brandi plusieurs drapeaux rouge, vert, noir devant la gendarmerie du Lorrain.
Selon eux, ce dernier aurait été pris à parti par les gendarmes durant la parade du Nord dimanche 24 février 2019 parce qu'il brandissait le drapeau avec d'autres jeunes. Il aurait alors été arrêté, puis placé en garde à vue. Libéré par la suite et convoqué ce mardi matin à 9h. 

"Nous constatons une fois de plus que les représentants de l’ordre colonial en Martinique entendent montrer leur hostilité envers ce drapeau, car ils connaissent sa portée symbolique dans l’histoire de notre pays.
Les organisations soussignées dénoncent avec force le comportement des forces de l’ordre qui entendent priver la jeunesse martiniquaise de son choix de résister, de combattre l’arbitraire colonial, sans avoir "porté atteinte à l’ordre public", précisent ces organisations dans un communiqué.

Alors que le jeune est entendu par les gendarmes, les membres et sympathisants chantaient à l'extérieur des locaux de la gendarmerie du Lorrain.

Après une heure d'audition, l'homme est sorti libre. L'enquête sur cette affaire se poursuit. 

(Re)voir le reportage de Sangha Fagour et Marc-François Calmo. 
Mobilisation devant la gendarmerie du Lorrain

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play