publicité

Débordements violents à Mayotte en marge de la grève générale

Des débordements violents, barrages sauvages, voitures brûlées, jets de pierres, journalistes molestés, ont eu lieu jeudi matin à Mayotte, en marge du renouvellement de la grève générale par l'intersyndicale CGT-CFDT-FO-FSU-Solidaires-FAEN.

© PHOTO : ANDRY RAKOTONDRAVOLA
© PHOTO : ANDRY RAKOTONDRAVOLA
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le

Les syndicats, déçus par les réponses "insatisfaisantes" du gouvernement à leurs revendications, ont appelé jeudi à la poursuite et au durcissement du mouvement de grève, alors qu'ils revendiquent "l'égalité des droits" à Mayotte par rapport au reste du territoire français, notamment au niveau des salaires.

La journée devait débuter par des opérations escargot afin de paralyser la circulation, mais les syndicats ont perdu le contrôle du mouvement et ont été débordés par des bandes de jeunes individus qui bloquent les routes et usent de violence aux quatre coins de l'île, les forces de l'ordre semblant impuissantes face à cette situation très tendue.

Des barrages ont été dressés sur les routes au nord, au sud et au centre de Mayotte, à l'aide notamment de carcasses de voitures brûlées .

En fin de matinée, le convoi de l’intersyndicale, en pleine opération escargot, a lui-même été bloqué par des jeunes à Doujani.
Des incidents se sont produits entre les jeunes et certains automobilistes qui tentaient de forcer les barrages. Des automobiles, y compris celle de la police municipale, ont été caillassées.

© PHOTO : ANDRY RAKOTONDRAVOLA
© PHOTO : ANDRY RAKOTONDRAVOLA


Les journalistes ayant tenté de filmer ou de prendre des photos se sont vu jeter des pierres, a constaté l'AFP. Un journaliste de France Télévisions Mayotte 1ère en reportage a été pourchassé et molesté par des jeunes mécontents de le voir les filmer avec son téléphone qu’ils lui ont arraché. Un photographe du Journal de Mayotte a été agressé et légèrement blessé.

Les liaisons maritimes entre la Grande Terre et la Petite Terre sont bloquées par le mouvement de grève. Le préfet a recommandé ce matin à la population de limiter "au strict nécessaire" ses déplacements entre les deux îles.

Jeudi après–midi à 15 heures, le préfet Seymour Morsy devait rencontrer les organisations syndicales, selon des médias locaux.

L'intersyndicale a appelé à la reconduite du mouvement de grève estimant que "malgré les successions de rencontres" du gouvernement, dont une avec la ministre des Outremers, George Pau-Langevin, en visite sur l'île de lundi à mercredi, les réponses ont été "insatisfaisantes".

A.F.P : EMMANUEL TUSEVO , CORRESPONDANT A MAYOTTE.
A LIRE AUSSI : 
A Mayotte, le chômage a augmenté de 27,6% depuis un an : 
http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/11/12/09005-20151112ARTFIG00179-a-may...
Les réponses du gouvernement « insatisfaisantes », selon les syndicats : 
http://mayotte.la1ere.fr/2015/11/11/greve-generale-mayotte-les-reponses-...
 

 


 
  1 447 337 302

Sur le même thème

  • grève

    Grève à la Colas : échec des négociations

    Les négociations tentées aujourd'hui à la Colas ont échoué. Les syndicats ont exigé que la direction renonce à toutes les sanctions prévues contre certains employés en grève. La Colas ne l'entend pas de cette oreille.

  • grève

    Grève à la Colas : échec des négociations

    Les négociations tentées aujourd'hui à la Colas ont échoué. Les syndicats ont exigé que la direction renonce à toutes les sanctions prévues contre certains employés en grève. La Colas ne l'entend pas de cette oreille.

  • grève

    Menace de grève au Conseil départemental à compter du 5 septembre 2016.

     " Tous ensemble pour sauver le service public de notre département " : c'est le slogan fédérateur et rassembleur choisi par l' Intersyndicale des salariés du Conseil départemental. CFDT, SUD, CFE, CGC, FO et CGTMA dénoncent principalement les conditions de travail et le clientélisme.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play