publicité

Identités régionales affichées à Mayotte

Ce sont les plaques d’immatriculation des véhicules qui servent de support à l’affichage des départements d’origines. Et faute de drapeau fixé sur les maisons comme le font les américains, ici, la voiture fait l’affaire.

© C. Ali
© C. Ali
  • Chamsudine Ali
  • Publié le
Il y a les fonctionnaires affectés à Mayotte qui pour la grande majorité préfère faire suivre l’automobile avec sa plaque d’origine, comme le déménagement est pris en charge, il y a des économies à faire.
Les mahorais qui reviennent s’installer chez eux, remmènent eux aussi leurs moyens de transport avec son identifiant territorial. Et enfin, avec la multiplication des agences de transit entre la métropole ou la Réunion et Mayotte, beaucoup font le déplacement pour aller acheter des voitures d’occasion de grandes marques qui arrivent au port de Longoni à Mayotte mais en gardant le numéro de département et du logo de la région où sont achetées les voitures. La loi n’oblige plus de changer d’immatriculation à la suite d’un changement de département.
© C.Ali
© C.Ali
Cela la donne un florilège de plaques d’immatriculation assez fourni. Un phénomène plus visible sur un territoire aussi petit et un réseau routier limité comme celui du département de Mayotte.
Et dans cette forêt de drapeaux, les immatriculations et les logos bretons et corses sont les plus ostentatoirement affichés. Très remarquables et reconnaissables dès le premier coup d’œil, ils sautent aux yeux. Les voitures floquées du 13 des Bouches du Rhône sont sans nul doute les plus nombreuses mais leurs logos sont moins visibles.
Enfin, les voitures venues des départements des caraïbes sont en train de faire leur apparition: des mahorais qui reviennent d'affectations mais aussi des fonctionnaires antillais qui choisissent de plus en plus Mayotte. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play