[ACTU REGIONALE] La présence du virus aux Comores fait peser une menace sanitaire sur Mayotte

océan indien
hopital
Zanzibar enregistre son premier cas mortel dans cette épidémie et à Maurice, les amendes pleuvent sur les commerçants qui abusent de la situation.
La nouvelle fait l’effet d’une bombe à Moroni : on a appris à Mayotte que le Grand Mufti des Comores, décédé il y a une semaine, est mort du coronavirus

C’est Dominique Voynet, la directrice de l’ARS Mayotte qui a livré l’information : «  Il y a une dizaine de  jours, un radiologue de Mamoudzou a reçu le cliché des poumons envoyé par un de ses collègues de Moroni. Le diagnostic est formel : l’image représente exactement les lésions typiques du  tissu pulmonaire provoquées par le virus Covid-19 . Ce patient était le Grand-Mufti des Comores ». 
La directrice de l’Agence Régionale de Santé de Mayotte affirme que les autorités comoriennes ont été informées : « Nous avons alerté les institutions comoriennes pour qu’elles préviennent un réseau de surveillance médicale commun à plusieurs pays de la zone, mais elles ne l’ont pas fait » - précise Madame Voynet. 
Le Grand Mufti  des Comores  Said Toihir, la plus haute autorité de l’Islam dans le pays, est décédé le 8 avril dernier au moment où une évacuation sanitaire était envisagée.

On s’interroge maintenant sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées les obsèques du leader religieux il y a une semaine. Comment s’est déroulée la  toilette mortuaire rituelle ? Les personnels de santé qui se sont occupés de lui de son vivant étaient ils bien protégés ? Ses proches avaient ils été informés de son état ? 
Pourquoi les autorités comoriennes ne disent pas la vérité ? 
Autant de questions que les comoriens peuvent se poser aujourd’hui. 
 
  • La présence du virus aux Comores fait peser une menace sanitaire sur Mayotte
Déjà en temps normal, les urgences de l’hôpital reçoivent toute l’année beaucoup de malades et de blessés arrivant par Kwassa. Si l’épidémie prend de l’ampleur aux Comores, Mayotte ne pourra pas faire face. C’est ce qu’a dit Dominique Voynet au ministère français des affaires étrangères qui lui demandait si Mayotte pouvait venir en aide aux Comores. « Ce n’est pas de la dureté de cœur » dit-elle, « mais on est déjà dans un désert médical à Mayotte ». «  Le gouvernement comorien doit demander l’aide de la France et des grandes ONG telles MSF ou la Croix Rouge. 
 
  • Zanzibar enregistre son premier cas mortel dans cette épidémie
Un homme de 63 ans est décédé. Il était l’un des 24 cas enregistré dans l’archipel de Zanzibar. Il y a peu de cas diagnostiqués à Zanzibar mais  ce  qui inquiète le plus les autorités est que parmi les dernières personnes infectées, 5 hommes et une femme, aucune n’avait voyagé à l’extérieur. Le virus circule même si Zanzibar avait pris soin de filtrer les entrées de voyageurs, particulièrement les italiens dès le début de l’épidémie car ils sont très nombreux à fréquenter l’île. Côté continental, la Tanzanie compte 88 cas. L’augmentation est rapide, il y en a eu 24 de plus dans la journée d’hier. 
 
  • A Maurice, les amendes pleuvent sur les commerçants qui abusent de la situation
Santé Maurice

Rien que dans la journée d’hier la police mauricienne a dressé 192 contraventions en contrôlant près de 400 commerces. Depuis le début du confinement à Maurice, près de 1900 PV ont sanctionné des abus sur les prix, le manque d’affichage, la vente sans licence. Les revendeurs de fruits et légumes sont particulièrement visés car on ne compte plus les récoltes pillées chez les agriculteurs. L’un d’eux s’est fait voler 400 kilos de carottes, dans un autre champ une centaine de choux a disparu. Des légumes volés que l’on retrouve vendus très chers sur les marchés. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live