L'actualité régionale 11 Mars

vos rendez-vous
coronavirus
©Pixabay
LA REUNION

Un premier cas de coronavirus dans l’île


L’information a été confirmée ce mercredi par l’ARS et la préfecture : un premier cas de coronavirus vient d’être identifié à la Réunion. Il s’agit d’un homme de 80 ans qui revenait d’un voyage aux Etat-Unis avec un transit à Paris au retour. Son état ne présente aucun caractère de gravité. L’homme a néanmoins été hospitalisé en isolement au CHU de Bellepierre à St Denis. Les services de santé enquêtent pour trouver les personnes avec qui il aurait pu être en contact à son retour sur l’île.



COMORES

L’ambassade de France à Moroni prend ses précautions contre le coronavirus


Sur sa page Facebook, l’ambassade à Moroni annonce que « par mesure de prudence, toute personne atteinte de toux, de fièvre ou montrant des difficultés respiratoires est invitée à ne pas entrer au consulat, à l’école, à l’alliance française, et à bien vouloir reporter ses démarches à une date ultérieure. Nous lui conseillons par ailleurs d’être vigilant et de consulter un médecin ».  Cette annonce intervient au lendemain d’une rumeur disant qu’un ressortissant franco comorien malade du Covid-19 serait entré dans le pays. Fausse rumeur,  a-t-on appris par la suite.




MAURICE

Des dockers mauriciens refusent de décharger un navire Chinois arrivé à Port Louis


« Notre vie et notre famille comptent plus que notre emploi » clament les dockers. Le ministère de la santé a beau expliquer que l’équipage du cargo  a été soigneusement contrôlé, qu’il n’y a personne malade à bord, et surtout que ce navire a passé plus de quinze jours en haute mer, donc une éventuelle incubation serait terminée. Rien n’y fait pour le moment, les employés ne veulent pas s’en approcher. La psychose du virus est très présente à Maurice où aucun cas n’a été détecté ; mais on ne parle que de ça. Les autorités communiquent beaucoup, elles ont pris des précautions maximales pour rassurer la population, mais cela provoque l’effet inverse : c’est la panique, on voit du virus partout.




SEYCHELLES

De leur côté, les Seychellois ont carrément interdit les navires de croisière


Etant donné que la menace vient surtout d’Europe et que les croisiéristes sont des européens, le gouvernement seychellois préfère se passer de cette manne touristique. Ainsi le paquebot Norwegian Spirit qui devait débarquer ses passagers sera le dernier jusqu’à nouvel ordre. Il aura juste le droit de faire le plein et de repartir. Tout le monde restera à bord. Tant pis pour le tourisme. Les Seychelles n’ont pas dit leur dernier mot : le Club Med vient de passer une annonce pour recruter 400 seychellois. Ce sera pour travailler dans un établissement rénové.



TANZANIE

Etrange affaire au sein des instances du parti au pouvoir en Tanzanie : un dirigeant a été empoisonné


Le vice-président du parti Philip Mangula s’est effondré en pleine réunion du comité directeur il y a une semaine à Dar es Salaam. Il a été hospitalisé dans un état jugé sérieux et le diagnostic révélé hier est formel : le vice-président a été victime d’un empoisonnement. Cet événement a lieu alors que l’ambiance est à couper au couteau au sein du CCM, le parti au pouvoir depuis 60 ans en Tanzanie. En ce moment on prépare les élections; elles auront lieu en octobre. Normalement c’est le président sortant, John Magufuli, qui sera le candidat ; mais un ancien ministre des affaires étrangères, Bernard Membe, a commis le crime de lèse majesté de dire qu’il serait volontiers candidat. Scandale. Le parti l’a exclu et c’est précisément lors d’une réunion où l’on décidait des sanctions contre lui et d’autres contestataires, qu’est intervenu cet empoisonnement. Les policiers marchent sur des œufs ; ils se seraient volontiers passés de cette enquête délicate.



RODRIGUES


L’île Rodrigues va demander à participer aux jeux des îles sous ses propres couleurs


C’est Serge Clair qui l’affirme, le « chef-commissaire » de Rodrigues à la tête du gouvernement local de l’île. Cité par le journal « Le Mauricien », Serge Clair  dit qu’il s’agit de  lutter afin que, lors des prochains Jeux des îles de l’océan Indien, Rodrigues participe en tant qu’île autonome et non sous la bannière de l’équipe nationale mauricienne ». Il ajoute : « L’île de La Réunion et Mayotte, qui sont des territoires français, y participent en tant qu’île, pourquoi pas Rodrigues ? Cette déclaration fera débat alors que l’on célèbre les 52 ans de la nation mauricienne. Rodrigues était une dépendance qui a obtenu une certaine autonomie depuis 18 ans. Serge Clair est un défenseur du « patriotisme rodriguais », tout en restant dans l’ensemble maurici

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live