mayotte
info locale

L'actualité régionale 15 Avril

vos rendez-vous
arrivée bateau migrants sainte-rose gendarmerie 130419
©RB/ Imaz Press Réunion
COMORES

Finalement le candidat comorien qui avait fui les Comores en Kwasa est toujours à Mayotte


Il s’agit d’Achmet Said Mohamed, il avait laissé croire qu’il était déjà reparti de Mayotte vers la France, sans doute pour brouiller les pistes. Mais il est encore à Mayotte. Lui a pu fuir par la mer, prenant plusieurs barques de pêche qui se sont relayées pour le conduire jusqu’à Mayotte. 18 heures de navigation.
Achmet témoigne d’un climat de peur dans l’archipel. Son épouse, restée au pays, est assignée à résidence après avoir passé trois jours d’interrogatoire dans une gendarmerie. Lui a dû se résoudre à l’exil. Il espère mobiliser la diaspora comorienne en France contre le régime d’Azali.



Le pouvoir comorien s’est résolument lancé dans une campagne de propagande tous azimuts via les réseaux sociaux

Le régime Azali a pris la mesure de la force de frappe de Facebook. Jusqu’à présent le réseau social était plutôt occupé par des opposants. Mais depuis quelques jours on voit se multiplier les pages Facebook favorables au camp présidentiel. Des nouveaux comptes apparaissent de plus en plus pour dénigrer les opposants et chanter les louanges d’Azali. Cette offensive semble bien organisée. On a vu notamment samedi une vidéo d’un militant d’opposition, Saleh Assoumani, présenté comme repenti, qui dénonce l’existence d’un prétendu complot en vue d’un attentat à la bombe contre le chef de l’Etat. Or cet homme est toujours en détention, ce qui prouve que l’enregistrement a été diffusé par les forces de sécurité.




LA REUNION

Une nouvelle arrivée de migrants sri-lankais à la Réunion. Ils ont navigué sur un bateau surchargé : 123 personnes à bord


C’est l’arrivée la plus massive depuis le début du phénomène l’année dernière. Le bateau a accosté au sud-est de la Réunion, à Sainte Rose. Les migrants ont été conduits vers un gymnase de St Pierre qui fait office d’hébergement d’urgence. Trois passeurs ont été placés en garde à vue. Ces passeurs ne sont pas sri-lankais, mais indonésiens.
Cette fois le parcours de ces migrants semble plus compliqué que les dernières fois. Ils seraient partis d’abord vers l’Indonésie, et ensuite acheminés vers la Réunion. Ce qui leur a fait traverser la largeur de l’Océan Indien dans les deux sens.
Les procédures d’asile ou de reconduite à la frontière s’annonce compliquées compte-tenu du nombre.





MADAGASCAR

Le palais de la reine à Antananarivo va-t-il enfin être restauré ? Le président malgache a donné le coup d’envoi de nouveaux travaux


Sa silhouette domine fièrement toute la vieille ville d’Antananarivo, mais à l’intérieur ce n’est qu’une carcasse calcinée. Le 6 novembre 1995 restera comme une date funeste dans la capitale malgache quand le palais de la reine Ranavalo, appelé le « Rova », a brûlé. Il avait été édifié au 19ème siècle. Une tentative de restauration a commencé en 2014, abandonnée faute de financement.
Cette fois le président Rajoelina assure que tout sera fait avant les fêtes des 60 ans d’indépendance en juin 2020. Quelques observateurs dans la presse malgache y voient un appel à la bourgeoisie de la capitale avant les législatives du mois prochain. On ne sait pas encore quel sera le budget de cette restauration. La ministre de la culture dit que le président y a mis de l’argent de sa poche.




SEYCHELLES

Les Seychelles prévoient une hausse de 10%  du nombre de touristes en 2019


La prévision se base sur la hausse déjà constatée depuis le début de l’année. Plus de 110 000 visiteurs sont venus dans le premier trimestre. Les passages de paquebots de croisières s’annoncent bien, et Air France viendra s’ajouter à la desserte aérienne avec trois vols hebdomadaires à partir d’octobre. Air France avait lancé sur les Seychelles une « low-cost » appelée « Joon », mais elle a fait long feu. Air-Mauritius est aussi en pourparlers pour desservir Mahé.




MOZAMBIQUE

Le Président de la République rend hommage aux journalistes pour le rôle joué dans la catastrophe cyclonique


Dans un discours, Felipe Nyusi a félicité la presse de son pays et aussi les médias étrangers pour avoir su alerter l’opinion mondiale et les grandes organisations internationales qui viennent en aide aux sinistrés du cyclone Idai. Ces derniers jours la presse mozambicaine, particulièrement le journal « Opais » a dénoncé une réalité sordide : la spéculation sur les produits alimentaires de première nécessité à Beira, la ville la plus touchée par le cyclone. A la suite d’un reportage la police a saisi des stocks de nourriture cachée par certains commerçants pour aggraver la pénurie et faire monter les prix.



 
Publicité