publicité

L'actualité régionale 15 Mai

CARTE COI
CARTE COI
  • Par Bruno Minas
  • Publié le


COMORES

A Anjouan la police enquête sur le meurtre d’une jeune fille disparue depuis deux semaines, son corps a été découvert atrocement mutilé


Elle s’appelait Toiwiyia Rakib, elle avait 15 ans, originaire de Nuymakélé. Elle a été vue vivante pour la dernière fois le 28 avril alors qu’elle enfourchait la moto d’un homme beaucoup plus âgé. On a retrouvé son corps dimanche dernier sur une plage près de Domoni. Atrocement mutilé. Les versions divergent. Certains affirment qu’elle a été égorgée, d’autres qu’elle aurait été décapitée. L’homme à la moto a été arrêté. Il a raconté que trois autres hommes les ont attaqués et voulaient violer la jeune femme, et que cette dernière aurait sauté d’une falaise pour leur échapper. Sa version n’a pas convaincu les enquêteurs. Il reste incarcéré. Un autre suspect a été arrêté. On est encore loin de savoir tout ce qui s’est passé. Ce meurtre a provoqué l’indignation à Anjouan.



Le chanteur Soprano s’engage dans l’aide aux sinistrés de Kenneth

Soprano a ciblé les écoles avec le soutien de l’UNICEF. « Si nous sommes mille à donner chacun seulement dix euros, nous pourrons réhabiliter une école entière » dit-il dans une vidéo que vous pouvez trouver une la page Facebook de l’UNICEF Comores. On peut participer par SMS dans toute la France.




LA REUNION 

Des médecins de l’hôpital ont transmis la rougeole


Deux médecins qui n’étaient pas vaccinés contre la rougeole ont contaminé plusieurs personnes au CHU de Bellepierre à St Denis, annonce l'agence "Imaz Press Réunion". Six personnes ont été touchées.
Les médecins n’ont pas l’obligation de se faire vacciner même si le vaccin est « recommandé » pour les professionnels de santé. Fin 2018, il y avait 4 cas de rougeole à la Réunion. Aujourd’hui il y en a 48, comprenant ces six personnes contaminées par les médecins.





MADAGASCAR

La justice s’apprête à extrader un politicien roumain poursuivi dans son pays


Il s’appelle Radu Mazaré, c’est une personnalité très connue en Roumanie, maire de Constanta la deuxième ville du pays, sur les bords de la mer noire. Condamné à neuf ans de prison pour corruption par la justice roumaine, Radu Mazaré a profité d’une liberté conditionnelle pour s’enfuir il y a deux ans vers Madagascar. Il n’a pas perdu son temps, puisqu’il a depuis construit un hôtel à Diego-Suarez. L’homme brasse des millions. En Roumanie on l’accuse d’avoir empoché d’énormes pots de vins : 114 millions d’euros. Il fait toujours la une des journaux roumains. C’est un personnage fantasque. Il a posé à la une de "Play-Boy" entouré de jeunes femmes dénudées. Il a défilé au carnaval de sa ville tantôt déguisé en pharaon ou en officier Nazi. On ne compte plus ses coups d’éclats extravagants, ses provocations médiatiques. La Roumanie n’a eu de cesse de demander son extradition. Un dossier de 600 pages est parvenu à la justice malgache. Les malgaches ont mis beaucoup de temps avant de se résoudre à l’interpeller. Finalement c’est Interpol qui s’en est chargé. Il est en garde à vue. Entre temps, il avait  demandé l’asile politique. Sa demande d’asile a peu de chance d’être acceptée, et c’est plutôt un retour forcé qui l’attend, menottes aux mains, vers la Roumanie





MAURICE

Les cimetières affichent complet. Le gouvernement encourage la création de crématoriums


La crémation n’est pas un sujet tabou à Maurice. Les hindous y sont culturellement habitués, et les catholiques commencent à se tourner vers cette méthode. Seuls les musulmans n’acceptent pas cette pratique funéraire. L’année dernière le gouvernement a décidé la création de 19 crématoriums dans différents cimetières de l’île. Il y en a un en cours d’achèvement à Rivière –Noire sur la côte sud-ouest. Il n’y a pas d’alternative à cette solution. Le maire de Rivière-Noire a même évoqué hier la possibilité d’enterrer ceux qui refusent la crémation dans des fosses communes. C’est aussi une question financière : Une crémation coûte presque dix fois moins cher qu’un enterrement et de toute façon il n’y a plus de places dans les cimetières. Les mauriciens n’ont pas adopté la solution trouvée par les sud-africains pour ceux qui ne peuvent se résoudre à la crémation. A Durban, il est devenu courant d’enterrer les cercueils en position verticale. Les morts restent debout pour l’éternité afin de gagner de la place.



Les attaques de requins à la Réunion ont pesé sur une décision de la justice mauricienne

Le tribunal de l’environnement devait trancher sur un recours de l’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’île Maurice contre Growfish International. Growfish International est une entreprise de pêche qui veut implanter une grande ferme aquacole au large de Bambous sur la côte ouest. L association des hôteliers ne veut pas de ce projet car, selon elle, une ferme aquacole produisant 100 000 tonnes de poissons va nécessairement attirer beaucoup de requins. Les avocats ont fait valoir le cas de la Réunion, sans que l’on sache d’ailleurs ce qui a vraiment attiré les requins à la Réunion. En tout cas l’argument a fait mouche puisque le tribunal a tranché en faveur des hôteliers contre l’implantation de la ferme aquacole. Mais Growfish International n’a pas dit son dernier mot. L’entreprise a fait appel du jugement.

 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play