publicité

L'actualité régionale 17 Mai

  • Par Bruno Minas
  • Publié le
COMORES

Un des suspects du meurtre  de Toiwiyia Rakib est entre les mains de la gendarmerie à Anjouan. Il a été arrêté à Mayotte


Toiwiya, c’est cette jeune fille de 15 ans, violée et tuée dont on a retrouvé le corps affreusement mutilé sur une plage près de Domoni à Anjouan. Un des hommes suspecté d’avoir causé la mort de la jeune fille est arrivé en kwassa à Mayotte pour échapper à la justice comorienne. Il  a été arrêté à Kaweni lundi sur dénonciation. La police l’a placé en garde à vue sans poursuite judiciaire puisqu’il n’a pas de coopération police –justice avec les Comores. Il a été traité comme n’importe quel autre sans-papiers, et remis au CRA (Centre de Rétention Administrative). La Police de l’Air et des Frontières l’a fait reconduire par bateau comme les autres clandestins. Il n’y avait pas de raison de le poursuivre en France, en l’absence de mandat d’arrêt. C’est un risque qui a été pris. Les personnes reconduites ne sont pas accompagnées par des policiers.  Compte tenu du sort terrible qui pourrait lui être réservé à Anjouan, le jeune homme aurait bien pu sauter à l’eau au départ de Mayotte. Mais ça n’a pas été le cas. La police ici a pu avoir la confirmation qu’il a  bien été arrêté par la gendarmerie à son arrivée à Mutsamudu. Deux autres agresseurs présumés sont déjà entre les mains de la justice à Anjouan.




MADAGASCAR

50 personnes sont  victimes d’une intoxication alimentaire  à Belo-sur-Mer sur la côte sud-ouest, 4 en sont mortes


Toutes ces personnes ont consommé de la tortue de mer. Les premières victimes ont été de tous jeunes enfants, puis un homme de soixante ans. Les tortues de mer consomment des algues toxiques et peuvent empoisonner ainsi les consommateurs. Quelques survivants sont tombés dans le coma. Tous ont des fièvres et des diarrhées. Des médecins sont très vite arrivés sur place, sinon il y aurait eu plus de victimes. Un pêcheur a été arrêté et placé en garde à vue, il a avoué avoir capturé la tortue dans ses filets et vendu la chair aux villageois. Les intoxications de ce type sont assez courantes à Madagascar. En 2014, il y a eu aussi 4 morts à Nosy-Bé. Il faut rappeler que la capture des tortues est totalement interdite.



Madagascar est en pleine campagne électorale pour les législatives dans une semaine. Il y a une originalité : 4  candidats sont en prison

Ils n’ont pas encore été condamnés et ne sont pas privés de leurs droits civiques. Ces quatre candidats sont poursuivis et emprisonnés pour des délits de droit commun qui n’ont rien à voir avec la campagne. Deux d’entre eux, seraient impliqués dans une affaire de kidnapping.
Ils ont le droit de se présenter mais il est difficile de faire campagne quand on est derrière les barreaux. Ils ont demandé à la Commission Electorale d’intercéder en leur faveur pour qu’ils puissent quand même faire quelques meetings et rendre visite à leurs électeurs. La commission électorale s’est déclarée incompétente ; c’est l’affaire de la justice. Laquelle ne semble pas prête à leur faire une fleur. Si jamais l’un d’eux venait à être élu, on ne sait pas trop comment cela pourrait se passer.




MAURICE

Une nouvelle étape dans l’interminable affaire des Chagos : on en reparlera la semaine prochaine aux Nations Unies


Les diplomates préparent leurs plaidoyers. Mercredi prochain à New-York les pays, réunis en Assemblée Générale, examineront le verdict de la Cour de Justice internationale qui avait donné en février un avis favorable à Maurice dans sa volonté de récupérer les îles Chagos toujours détenues par la Grande Bretagne, et occupées militairement par les Etats-Unis, en tout cas pour l’une des îles, Diego Garcia. Un projet de résolution a été déposé par le Sénégal donnant à la Grande Bretagne 6 mois pour restituer les Chagos. Chaque camp fourbit ses armes pour ce débat. Bien évidemment la Grande Bretagne est soutenue par les Etats-Unis, locataires de Diego Garcia. Maurice de son côté, multiplie les contacts pour obtenir des soutiens. C’était le cas hier avec Singapour.
Les britanniques voudraient régler cette affaire en bilatéral avec Maurice. Alors que les Mauriciens mettent en avant le droit  international de la décolonisation dans le respect des frontières. Non seulement les britanniques ne l’ont pas respectée, mais en plus ils ont déporté toute la population chagossienne.





SEYCHELLES

L’aquaculture se développe aux Seychelles. A partir du mois d’août prochain on va expérimenter de nouveaux élevages de poissons


5 espèces seront élevées en cage sous-marines, notamment le vivaneau et le perroquet. Pas seulement pour la consommation locale, mais aussi pour l’exportation. Le projet est aussi de diversifier en produisant des crabes et même des poissons d’aquarium. Les spécialistes disent qu’ils maîtrisent aussi la transplantation des coraux pour créer un environnement le plus naturel possible dans l’élevage de ces poissons. Les Seychelles ont besoin d’autres ressources car elles mettent un frein au développement des hôtels.
 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play