publicité

L'actualité régionale 18 Avril

© brgm
© brgm
  • Par Bruno Minas
  • Publié le
COMORES

Les arrestations ou convocations à la gendarmerie se poursuivent. La dernière en date est celle du journaliste Kamal Eddine Saindou


Kamal Eddine Saindou, a été convoqué hier matin à la gendarmerie à Moroni, hier soir il n’en était toujours pas ressorti. Pour le moment il n’y a pas d’inculpation annoncée. On sait qu’il était proche du candidat Mohamed Soilihi – le colonel Campagnard-  et qu’il s’était occupé de la communication de sa campagne. Kamal Eddine Saindou est un professionnel reconnu de la place, longtemps correspondant de RFI et de RFO à Moroni. Il a été aussi journaliste à Mayotte, pour Kashkhazi et Upanga. Après un passage aux matinales de la radio nationale il avait intégré le Conseil National de la Presse et de l’Audiovisuel, l’équivalent du CSA. Kamal Eddine Saindou a toujours tenu des positions très affirmées sur la nécessaire indépendance et liberté de la presse.
Ses proches s’inquiètent ; à juste titre dans l’ambiance de restriction générale des libertés aux Comores.


L’ancien directeur de campagne du président, Houmed Msaidié, a lancé un double message hier lors d’une conférence de presse

La carotte et le bâton. Le bâton : Houmed Msaidié affirme que « le président Azali est un militaire qui n’a peur de personne ». C’est un message de fermeté adressé à l’opposition accusée de comploter contre le pouvoir.
Deuxième message, la carotte : « le président est ouvert au dialogue avec l’opposition ». L’appel au dialogue a notamment été lancé par le président français Emmanuel Macron.




MADAGASCAR

L’installation d’une mine industrielle à Tuléar est un enjeu de la campagne des législatives du mois prochain


L’élection des députés aura lieu le 27 mai. A Tuléar, au sud-ouest de l’île, l’électorat se divise en deux camps : pour ou contre « Base Toliara ». C’est le nom de cet investissement australien qui consiste à extraire de l’ilménite dans les sables de Tuléar. L’ilménite est un minerai servant à produire des peintures et des revêtements isolants. L’argument pour le projet est de taille : l’usine va créer 3 800 emplois. L’argument contre pèse assez lourd aussi: cette mine est une menace pour l’environnement.
Le gouvernement a tenté de couper la poire en deux en limitant l‘espace d’exploitation. Ainsi une forêt de baobabs qui était menacée ne le serait plus.
Cette concession va-t-elle suffire à calmer l’opposition à « Base Toliara » ?  Rien n’est moins sûr. Le leader écolo Théo Rakotovao a décidé de se présenter aux élections pour casser le projet.





MAURICE

L’île Maurice a considérablement durci les lois sur l’accès à la nationalité. « L’immigration- act » a été voté par le parlement hier à 3 heures du matin


Désormais un conjoint de mauricien ne pourra plus accéder à la citoyenneté s’il a été auparavant en situation irrégulière, même sur une courte période. En revanche la discrimination qui était prévue à l’encontre des personnes présentant des handicaps physiques ou mentaux n’a pas été votée. Reste une disposition controversée : Les personnes dont les opinions politiques ou religieuses seraient jugées incompatibles avec la société mauricienne n’auront pas accès à la naturalisation, même par mariage. Les critères sont flous. Ils laissent donc une part importante à l’arbitraire de l’administration.  Le premier ministre a défendu cette loi pour lutter contre les mariages blancs.
Une autre disposition a été votée: le conjoint étranger d’un mauricien n’aura le droit de travailler qu’après quatre ans de présence sur le territoire. Cela pose problème alors que le gouvernement veut en même temps faire revenir les mauriciens de la diaspora qui ont des spécialités professionnelles intéressantes pour l’économie. Beaucoup se sont mariés avec des étrangers.
Il y a une crispation à Maurice sur la question des étrangers, surtout ceux en provenance d’Asie, notamment du Bengladesh qui  veulent s’implanter dans l’île.




SEYCHELLES

L’ancien ministre Seychellois Alain St Ange prend du galon, il est nommé à la tête du bureau africain du tourisme


C’est un lot de consolation pour Alain St Ange. Il  visait la présidence de l’organisation mondiale du tourisme, mais en avait été écarté au profit d’un zimbabwéen. St Ange est le concepteur et le fondateur des « Iles Vanille ». Il est un leader connu et respecté du secteur ; Sa nomination a été annoncée au Cap en Afrique du sud. Il aura pour mission de faire grandir l’image du continent comme destination touristique. Seuls quelques pays tirent leur épingle du jeu dans le marché mondial du tourisme : L’Afrique du Sud, le Maroc, le Kenya, la Tunisie, l’Egypte et le Sénégal.





 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play