publicité

L'actualité régionale 19 Avril

Kamal Eddine Saindou
Kamal Eddine Saindou
  • Par Bruno Minas
  • Publié le , mis à jour le
COMORES

Le journaliste Kamal Eddine Saindou est ressorti de la gendarmerie après 24 heures de garde à vue.


Le journaliste a pu s’exprimer hier sur Facebook. Il dit qu’il reste à la disposition de la justice comme cela lui a été demandé. Il dément faire partie d’une quelconque manœuvre de déstabilisation. «Mon combat auprès de Campagnard demeure dans la voie démocratique pour un Etat de droit » écrit-il. « Plus que jamais j’ai de l’espoir pour mon pays. Seule la lutte libère »
Le fait de rester à disposition de la justice signifie qu’il lui est interdit de quitter le pays, comme c’est le cas de beaucoup de personnes en ce moment.



OCEAN-INDIEN

Reporters Sans Frontières a publié hier son classement annuel mondial  sur la liberté de la presse. Nous donnons un coup de projecteur sur les pays voisins



Sans surprise, les Comores  dégringolent de 7 places dans le classement. Les atteintes à la liberté de la presse y sont en hausse note RSF. On remarque les menaces contre les journalistes par le ministre de l’intérieur. Le directeur du quotidien national viré parce qu’il voulait ouvrir les colonnes à l’opposition. Et encore, ces observations datent de l’année dernière. Cette année 2019 est pire encore avec l’emprisonnement de journalistes.
Madagascar ne bouge pas dans le classement. Les médias y sont fortement sous influence des politiques, et il y a encore des sujets très difficiles à aborder, notamment tout ce qui touche à la corruption
A Maurice, ce n’est par brillant. L’île perd deux places dues au durcissement de la législation, elle permet de mettre en prison les auteurs de contenus considérés comme dérangeants. Des journalistes ont par exemple été interpellés pour avoir révélé une affaire de blanchiment touchant un ancien ministre.
Aux Seychelles, cela va mieux. L’archipel gagne 16 points de classement Les réflexes d’autocensure dus à l’ancien régime à parti unique ont commencé à s’estomper.
Le Mozambique descend de 4 places, on note un blackout de l’information sur les violences islamistes dans le nord du pays.
En Tanzanie, c’est la plus forte baisse du classement. On s’y attendait depuis l’élection du président John Magufuli en 2015. Un véritable prédateur de la liberté d’expression surnommé le bulldozer. Une descente de 25 places.
Enfin on ne parle pas de Mayotte et la Réunion qui sont des départements français. La France elle-même n’est pas très pas très bien classée. On y note une nette croissance de la haine envers les journalistes surtout depuis la crise des gilets jaunes.
Le meilleur pays pour la liberté de la presse est la Norvège.




MADAGASCAR

Deux hauts fonctionnaires ont été emprisonnés à Majunga. Ils avaient de faux-diplômes


Il s’agit du directeur régional des pêches, et du secrétaire pédagogique de la faculté des sciences. Deux fonctions qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre, mais tous deux sont incarcérés avec le même chef d’inculpation : faux et usage de faux. Tous les deux avaient de faux diplômes d’études supérieures qui leur ont permis de faire une belle carrière jusqu’à ce qu’ils soient l’objet d’une dénonciation anonyme. Et derrière tout cela il y a une affaire de corruption qui va avec. 5 autres personnes ont également été déférées au parquet pour avoir contribué à cette magouille de faux diplômes.
Il semblerait que ce soit assez courant. Une source sur place dit que tant qu’ils n’exercent pas comme médecins, ce n’est pas trop grave.




MAURICE

Une affaire vraiment pas banale devant un tribunal mauricien : il s’agit du vol d’un bœuf et d’une génisse; mais surtout, les 5 voleurs se sont enfuis avec leur butin… dans une voiture !


La juge n’en croyait pas ses oreilles en entendant l’énoncé des faits au début de l’audience. Les policiers eux, n’en croyaient pas leurs yeux quand ils ont arrêté les voleurs.  Ils étaient cinq pour commettre ce larcin en pleine campagne. Un pour faire le guet, pendant que les quatre autres allaient détacher le bœuf et la génisse. Le mâle a été forcé d’entrer dans le coffre de la voiture, et la génisse sur la banquette arrière, tout en faisant une petite place pour les autres. A cinq dans la voiture avec les deux bovins. La sentence n’a pas encore été prononcée. La juge a réussi à garder son sérieux en disant que la réalité dépasse parfois de très loin la fiction.

 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play