mayotte
info locale

L'actualité régionale 26 Février

vos rendez-vous
Carte Chagos
L'archipel des Chagos est à 2.300 kilomètres au nord-est de La Réunion ©David Ponchelet
MAURICE

Une victoire sur toute la ligne pour l’Ile Maurice et les Chagossiens


La cour internationale de Justice à la Haye a jugé hier soir que le processus de décolonisation de l’Ile Maurice n’a pas été mené à bien dans la légalité en 1968, quand la Grande-Bretagne a déparé et  gardé l’archipel des Chagos. La Grande Bretagne est appelée à cesser l’administration des Chagos dans les meilleurs délais. Tous les états des nations unies sont appelés à faire respecter cette décision. Le tribunal estime aussi que le déplacement des populations est une atteinte aux droits de l’homme, et qu’elles ont le droit de rentrer dans l’archipel.
C’est une victoire légale totale. Dans la réalité, c’est une autre histoire puisque les avis de cette cour sont non contraignants. La Grande Bretagne a tout loisir de s’asseoir dessus.
Il est intéressant de voir maintenant comment la diplomatie mauricienne va pouvoir mettre à profit ce jugement qui lui est totalement favorable.




Le premier ministre mauricien est soulagé, il échappe à une condamnation dans une affaire de prise illégale d’intérêt

L’affaire « MedPoint » empoisonne la vie politique mauricienne depuis des années, et beaucoup pariaient qu’elle allait faire tomber le premier ministre Pravind Jugnauth. L’histoire remonte à 2011. Cette année-là, l’Etat mauricien se porte acquéreur d’une clinique privée appelée « MedPoint ». Pravind Jugnauth était ministre des finances, et sa propre sœur était membre du conseil d’administration de la clinique. Finalement, au bout d’une longue procédure,  la justice a blanchi Pravind Jugnauth hier. Le camp Jugnauth crie victoire.





COMORES

Le journaliste emprisonné Oubeid Mchagama devrait être présenté au juge aujourd’hui après un rendez-vous raté hier


Amené depuis la prison jusqu’au tribunal, le jeune journaliste de « Facebook FM » espérait savoir ce qu’on lui reproche exactement. Mais le juge n’a pas pu l’entendre parce que le greffier était absent. Oubeid Mchagama a été reconduit dans la cellule où il croupit depuis une semaine sans savoir pourquoi,  en espérant que la convocation tienne pour aujourd’hui. Son collègue Abdallah Agwa, vedette de « Facebook Fm », est aussi incarcéré sans aucun jugement ni inculpation, ni même convocation. L’émission « Facebook FM » n’est- pas rancunière pour autant puisqu’elle a couvert le meeting d’Azali Assoumani dimanche à Misudjé en Grande Comore.



On s’interroge à Moroni sur l’arrivée d’un gros avion militaire saoudien


Le  jet de transport militaire du Royaume d’Arabie Saoudite ne passe pas inaperçu avec sa silhouette massive sur l’aéroport de Hahaya. Son arrivée n’a pas été annoncée et chacun se perd en conjectures : Du matériel militaire ? Des équipements médicaux ? Du matériel électoral ? On ne sait pas ce que transporte cet avion dont l’arrivée ne laisse pas indifférent en cette période de campagne électorale. Les relations entre les pouvoirs comoriens et saoudiens sont réputées être au beau fixe ; même sur le plan religieux depuis que l’Etat Comorien a interdit le rite chiite, quand ennemi du royaume saoudien.




MADAGASCAR

Les élus de Nosy-Bé veulent faire de leur île une destination sûre


Nosy-Bé destination de rêve, entachée cependant par des problèmes de sécurité. L’affaire de l’effroyable lynchage d’un français  brûlé vif en 2013 avait fait une très mauvaise publicité. Loin de là, les petits larcins, les cambriolages ne donnent pas une bonne image. La commune urbaine de Nosy Bé a décidé de créer une police spéciale chargée de protéger les touristes. Elle surveillera particulièrement le quartier chaud de Madirokely, très fréquenté par les « vazaha », les étrangers. Des unités composées de gendarmes et de policiers vont être mises en place. Tout cela sera financé par les touristes eux-même, via une hausse de la taxe de séjour.




TANZANIE

La Chine salue la condamnation d’une de ses ressortissantes en Tanzanie


La semaine dernière la justice tanzanienne a condamné Madame Yang Feng,  à 15 ans de prison ferme. Yang Feng, 66 ans, puissante femme d’affaire a été surnommée « la reine de l’ivoire » pour avoir exporté illégalement pendant des années des défenses d’éléphants massacrés dans la savane. Un porte parole du ministère chinois des affaires étrangères a adressé un satisfecit à la justice tanzanienne, disant que jamais Pékin ne soutiendra ses ressortissants qui commettent des délits. C’est un motif de satisfaction pour le gouvernement tanzanien. Reste que la Chine abrite toujours la clientèle principale de ce trafic d’ivoire.



 
Publicité