mayotte
info locale

L'actualité régionale à travers la presse 16 Novembre

revue de presse
Comores

COMORES

Le nouveau patron des impôts à Anjouan annonce que les contribuables vont passer à la caisse


Ce nouveau directeur des impôts, les anjouanais le connaissent bien puisqu’il s’agit de Djaanfar Salim. Il avait  été surnommé « Sarkozy » à l’époque où il était un ministre redouté dans l’administration de Mohamed Bacar. Djaanfar Salim, alias Sarkozy, refait surface dans la nouvelle administration mise en place après le soulèvement des insurgés. Il annonce dans « Al Watwan » que personne ne lui échappera : « Le but principal de mon intervention est de rappeler aux contribuables anjouanais  que dès le 15 de ce mois, la taxe sur la consommation, celle sur le salaire ainsi que les redevances foncières devront obligatoirement être payées». Ces trois impôts ont échappé au Fisc depuis l’indépendance, il y a 43 ans.



Le président Azali a profité de sa présence à Paris pour la faire tournée des plateaux de télévision

Après France 24, le président comorien a été l’invité du journal Afrique Hebdomadaire de TV5. Il a répété son credo sur l’appartenance de Mayotte aux Comores. A La question de la journaliste « est ce que vous négociez cela avec la France », il répond « Pourquoi pas ? Tout est négociable ». Il convient toutefois que l’objet des discussions reste le maintient des populations chez  elles par le développement de l’économie. Après Moscou et Paris, le retour du président vers Moroni comportera une autre étape à Addis Abeba, siège de l’Union Africaine.





MADAGASCAR

Le feuilleton du premier tour de la présidentielle est presque fini


La commission électorale nationale affirme que la proclamation des résultats provisoires devrait se faire avant la date limite du  20 novembre, mardi prochain.  Hier  il restait 11 districts sur les 119 existants où les résultats complets du scrutin ne sont pas encore parvenus à la CENI mais seraient en route.
Un seul bureau de vote sur les 24 852 existants dans le pays n’a pas fonctionné faute de la présence des membres du bureau, dans la commune Solila, district de Farafangana, au sud-est de la Grande Ile.  La perspective du deuxième tour Rajoelina Ravalomanana est désormais quasi certaine le 19 décembre prochain




SEYCHELLES

Les Etats-Unis vont aider les Seychelles à lutter contre les trafics de drogue


L’ambassadeur américain en poste à Maurice a rendu visite au président Seychellois Danny Faure ; promettant une aide américaine dans la lutte contre ces trafics dans l’immense zone maritime de l’archipel. Il a aussi été question des programmes de désintoxication des Seychellois touchés par la drogue. On apprend un chiffre étonnant à l’issue de cet entretien : 5000 personnes aux Seychelles consomment de l’héroïne – une drogue dure – comparé aux moins de 100 000 habitants du pays, cela représente une très forte proportion. Un programme de sevrage à la méthadone a été lancé.




LA REUNION

Il y a trop de voitures à la Réunion, ou plutôt pas assez de routes, le sud de l’île est gagné par l’asphyxie


C’est ce que constate le site « Zinfos 974 » : « des points de congestion de plus en plus importants, des temps de trajet rallongés, circuler dans le sud de l’ile aux abords des grandes villes apparait de plus en plus compliqué. Que ce soit aux entrées de St-Louis, encore davantage à St-Pierre, mais aussi au Tampon impossible d’échapper aux bouchons avec suppléments gratinés aux heures de pointe »…  « en moyenne sur l’année entre 70 000 véhicules et plus de 75 000 véhicules transitent par jour entre St-Louis et St-Pierre ». 
La région de St Denis, au nord, et déjà engorgée depuis longtemps ; dans le sud, le phénomène s’aggrave vite.




TANZANIE

Une histoire de corruption… difficile à avaler


Le journal « Daily News » rapporte un flagrant délit opéré par des agents du bureau de prévention de la corruption à Rukoma, dans le nord-est du pays. Un officier d’état civil était en train d’encaisser un backchich de 50 000 Shillings (environ 20€) de la part d’un administré pressé de conclure une affaire administrative. C’est assez courant. Sauf que là, les agents anti corruption étaient là et ont tout vu. Pris au piège, l’officier corrompu a essayé précipitamment de faire disparaitre les preuves en avalant les 50 000 shillings. Sauf que cela représente au moins 5 billets de 10 000 à avaler. Ce sont des gros billets pas très faciles à ingurgiter. C’est donc en pleine mastication que l’officier s’est vu passer les menottes… et il a été prié de cracher le morceau immédiatement.

 
Publicité