publicité

L'actualité régionale à travers la presse 21 Novembre

Une nouvelle nuit de violences à La Réunion. © IMAZ PRESS
© IMAZ PRESS Une nouvelle nuit de violences à La Réunion.
  • Par Bruno Minas
  • Publié le , mis à jour le

LA REUNION

L’île est repartie pour une nouvelle journée de blocage, après une nouvelle nuit de violence


La nuit dernière a été terrible encore une fois avec des incendies de voitures de poubelles et des attaques de magasins. Dans le quartier du Chaudron à St Denis, un officier de police a été grièvement blessé par l’explosion accidentelle d’une grenade qui lui a quasiment arraché la main.
Les forces de l’ordre ont du mal à venir à bout de ces émeutes nocturnes.
Le préfet de la Réunion a mis en place depuis hier soir un couvre feu de 21H00 à 6H00 jusqu’à la fin de la semaine. C’est une première dans l’histoire de la Réunion. Les émeutes, et les pillages ont atteint un niveau de violence et de destruction jamais atteint. Tous les établissements scolaires sont fermés aujourd’hui. La circulation est quasiment impossible.
Il y a eu une vaine tentative de discussion entre le préfet et quelques délégués des gilets jaunes hier soir, elle n’a donné aucun résultat

De son côté le président de Région, Didier Robert, a demandé une dérogation pour La Réunion sur l’augmentation de la taxe sur les carburants pour les trois prochaines années. Demande formulée auprès de la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin.



La situation à la Réunion inquiète les mauriciens


Le site mauricien « Defi média » rapporte que la compagnie Air-Mauritius a reporté de nombreux vols vers l’île sœur, surtout ceux du soir. Il y a habituellement une véritable navette entre Maurice et la Réunion.  Le couvre feu instauré à la Réunion empêche de fait les vols tardifs car les passagers n’auraient pas la possibilité de quitter l’aéroport de St Denis Gillot en toute sécurité. « Nous suivons de très près l’évolution de la situation » dit un homme d’affaires de Maurice, « une psychose s’est installée » dit-il. Les mauriciens suivent de près les événements de la Réunion sur les médias et les réseaux sociaux.



COMORES

L’ancien patron du parti présidentiel dénonce une concentration du pouvoir


J’ai presque envie de parler de royauté dit Hamidou Karihila. L’ancien chef de la CRC, la Convention pour le Renouveau des Comores, répond à une interview dans la « Gazette des Comores ». Il dit qu’il a été fidèle au président Azali pendant 19 ans. Il expose son désaccord avec la réforme constitutionnelle et aurait préféré qu’un anjouanais de la CRC, Moustadrane Abdou,  succède au président Azali. « Nous aurions pu faire comme Poutine et Medvedev »dit-il, référence à la manœuvre du président russe arrivé en fin de mandat en 2008, qui était devenu le premier ministre de Medvedev, son ex premier ministre.




MADAGASCAR

Il a beau être le premier, le candidat Andry Rajoelina ne décolère pas contre son résultat


Andry Rajoelina, crédité de plus 39% des voix, attaque la Commission Electorale en justice. Il est persuadé que son score a été minoré. Il demande  un audit du logiciel informatique. Il se dit persuadé que le résultat a été truqué pour l’empêcher de dépasser les 40%. « La seule idée avec laquelle je suis d’accord est que je suis en tête » dit-il.
Son adversaire Marc Ravalomanana est lui aussi insatisfait, mais se montre moins virulent.
Ce deuxième tour du 19 décembre promet des étincelles. Le journal « Midi Madagascar » parle d’un « duel des titans ».
 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play