Affaire Sambi : Des valises de passeports, et des valises de billets

océan indien
Sambi au Palais de Justice
Sambi au Palais de Justice ©Mayotte la 1ere
Le « procès Sambi » se poursuit sans l’accusé principal, mais les autres prévenus restent au tribunal où ils entendront ce jeudi les plaidoiries et le réquisitoire. Lors de l’audience d’hier, la cour a décortiqué la loi sur la « citoyenneté économique ». Un mécanisme complexe, où tous les accusés se renvoient la balle plus ou moins adroitement

La « loi sur la citoyenneté économique », c’est d’abord l’histoire d’un tour de passe-passe : une loi sur la nationalité, rejetée par les députés, se transforme en loi sur la citoyenneté adoptée « dans l’urgence ». Un ancien secrétaire général du gouvernement, Nouredine Bourhane dit qu’il « n’a pas fait attention » en transmettant à la présidence un faux PV de l’Assemblée Nationale pour promulgation.

Un contrat avec les Emirats est écrit en arabe, le directeur de cabinet du président Bacar Dossar ne comprend pas l’arabe, mais il le signe quand-même : « j’étais un peu gêné, il y avait là un officiel émirati et le Président… Je regrette ».

Un chargé de mission explique qu’il a voyagé maintes fois vers Abu Dhabi avec des valises pleines de passeports à vendre. A l’audience, est évoqué aussi un atterrissage de jet privé arrivé des émirats transportant des valises pleines de billets de banques, que l’on achemine discrètement vers le salon VIP de l’aéroport de Moroni.

Combien de passeports ont été ainsi vendus à des ressortissants du golfe persique en quête d’une nationalité ? On n’en sait rien. 4000 dit l’un, 100 000 dit l’autre. Combien d’argent ? Et où est-il passé ? On n’en saura rien non plus. Tout s’évapore, les souvenirs comme les montants.

Il y aura cet aveu d’impuissance de Bacar Dossar, passé de directeur de cabinet à ministre des finances du Président Sambi, il déclare: « si l’administration comorienne était efficace, ça se saurait ».

Le procès reprend ce jeudi matin pour une dernière audience, avec les plaidoiries et le réquisitoire.