Après les actes de violences à Kawéni , Mansour Kamardine renouvelle sa demande au gouvernement de convoquer des assises de la sécurité à Mayotte

violence
MANSOUR KAMARDINE
LE DEPUTE LR DE MAYOTTE, MANSOUR KAMARDINE
Dimanche 23 février au matin, un policier a mortellement blessé un individu à Mamoudzou lors d’une intervention lors de laquelle l’agent des forces de l’ordre invoque la légitime défense pour sauver quelqu’un dont la vie était menacée. 
 
Au lendemain des émeutes à Kawéni , le député Mansour kamardine s’est fendu d’un communiqué dans lequel , il demande  au gouvernement de convoquer des assises de la sécurité à Mayotte. Il demande également aux  représentants de l’Etat dans les communes  de se mobiliser.
 « Depuis des mois, la sécurité publique à Mayotte se dégrade et s’accompagne d’une inquiétante augmentation de la violence. Depuis des mois, les forces de l’ordre sont harcelées et font face à des guet-apens tendus par des émeutiers qui cherchent la confrontation. Depuis des mois j’interpelle le gouvernement sur la nécessité de renforcer les moyens humains et matériels pour faire face à la situation et sortir les forces de l’ordre d’une trop longue période de sur-mobilisation. Depuis des mois, le gouvernement et le ministre de l’intérieur demeurent inertes, les bras ballants. Ce n’est plus tolérable.
Depuis des mois, à Mamoudzou, le maire, représentant de l’Etat dans la commune, se terre et se tait. Ce n’est plus acceptable. Il lui appartient également de se mobiliser et d’interpeler l’Etat afin de coordonner, autour des actions de sécurisation des forces de l’ordre, ses services pour faire face à ce qui s’apparente de plus en plus à une guérilla urbaine.
Le gouvernement doit convoquer – je les réclame depuis septembre 2019 - des assises de la sécurité à Mayotte associant des acteurs locaux afin de juguler, ensemble, la situation, notamment en ce qui concerne le phénomène de bandes violentes de jeunes gens.
La sécurité des personnes et des biens ne se négocie pas, ne s’ignore pas, ne se méprise pas. Elle est une compétence régalienne, une impérieuse nécessité, une condition incontournable de la vie en société et de la démocratie, y compris à Mayotte. »

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live