Arrivée du Groupe Bernard Hayot à Mayotte, une opération de concentration dans la grande distribution dénoncée par les acteurs locaux

économie
Groupe Bernard Hayot
La nouvelle largement commentée dans les médias locaux est reprise par Médiapart. Dans une enquête, le journal parle d’une opération de concentration dans la grande distribution.
Intitulée « grande distribution : la concurrence ne concerne pas l’outremer », Médiapart, documents à l’appui démontre pourquoi la décision de l’autorité de la concurrence qui a validé le rachat du groupe Vindémia par le groupe Bernard Hayot va à l’encontre des manifestations contre la vie chère dans les territoires ultra marins ; à Mayotte c’était en 2011.

Il pointe du doigt l’analyse à minima faite par l’institution sur cette opération de concentration du marché de la distribution dans les mains d’un seul acteur : GBH. Car avec cette opération, le groupe martiniquais, bien implanté dans les Outremer avec un chiffre d’affaires de près de 3 milliards d’euros, va consolider sa position déjà dominante dans la grande distribution dans la région océan indien, dont à La Réunion et à Mayotte. Et c’est ce qui suscite les inquiétudes des petits commerces et du commerce intermédiaire.

A la Réunion, sa part dans ce secteur va représenter 27%, à Mayotte, ce serait 45,5%, ce qui met en danger immédiat les Doukas même si le groupe Bernard Hayot récuse selon leurs propres termes cités dans Médiapart, « toute volonté d’hégémonie ».

A Mayotte la CPME, confédération des petites et moyennes entreprises, a déposé deux recours devant le conseil d’état pour annuler la décision de la haute autorité de la concurrence. Les acteurs pour l’heure suspendus à la prochaine décision de la du Conseil d’état.