Bandrélé fête son sel

culture
sel
Les "mamans shingo", les gardiennes de la fabrication du sel de Bandrélé ont eu droit à une très belle fête. Samedi et dimanche, des manifestations ont été organisées en l'honneur d'un patrimoine dont elles assurent la production.
« À Mayotte elles ont apporté le sel qui lui manquait » ! Depuis des siècles les femmes de Bandrélé fabriquent un sel traditionnel.
Ce sont bien les mamans de Bandrélé qui apportent le sel qui relève la cuisine mahoraise. Leur technique millénaire a déjà reçu ses lettres de noblesse. Une substance entièrement naturelle a qui l’on donne des vertus quasiment pharmaceutiques. Il serait moins nocif pour l’organisme et plus toléré pour les hypertendus, nombreux à Mayotte.

Le sel de Bandrélé a son écomusée; un lieu devenu un rendez-vous incontournable pour les touristes de passage; l'écomusée qui est également un des sites les plus visités lors des Journées européennes du patrimoine.

Et c’est pour commémorer cet héritage dont ils sont tellement fiers que durant 2 jours, samedi et dimanche derniers que les habitants de Bandrélé ont organisé de nombreuses manifestations. Et c’est tout Mayotte qui a participé à la fête.

Une autre spécialité devrait bientôt être fêtée ; le fameux « Uré wa djini « à prononcer "Ouré Oi Guini, littéralement, la bave du diable", mais ça, c’est une autre affaire.
Les "mamans shingo", productrice du sel de Bandrélé ont été mises à l'honneur 2 jours durant.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live