publicité

Bruno Le ROUX à Mayotte

Le passage du ministre de l’intérieur Bruno Leroux à Mayotte laisse une impression mitigée. Certes il a constaté les problèmes d’insécurité qui empoisonnent la vie quotidienne. Mais en a-t-il vraiment pris la mesure ?

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le , mis à jour le
Quand vous êtes malade et que vous attendez d’être soigné efficacement, il n’y a rien de pire que de s’entendre dire « ça va aller ! Ce n’est  pas grave ! Ne vous en faites pas ! »
Cela énerve ;  vous êtes en face d’un professionnel dont vous attendez des solutions qui vont vous sortir d’affaire ; et puis ce professionnel minimise votre mal, il dénigre votre souffrance.
Eh bien c’est un peu cette impression que laisse le ministre de l’intérieur Bruno Leroux.
Soyons juste, il a quand même apporté quelques réponses aux inquiétudes sur  l’insécurité et sur l’immigration clandestine: les augmentations d’effectifs des forces de l’ordre, des nouveaux bateaux, un centre pour les mineurs délinquants. Mais il y a aussi ces réponses comme celles qu’il apportait hier en conférence de presse : « Mayotte a des atouts, elle devrait regarder autour d’elle », « il y a de l’insécurité ici mais il y en a ailleurs » ; « il n’y a pratiquement pas de meurtres ici », ou bien encore « il n’est pas prouvé que l’insécurité soit un frein à l’attractivité de Mayotte ». Ce sont là quelques réponses que Bruno Leroux a faites hier soir dans son ultime conférence de presse. Même si ce que le ministre dit là est vrai en partie ; ce n’est pas ça que les mahorais ont envie d’entendre. Ils veulent que l’Etat reconnaisse que droit à la sécurité est un droit essentiel ; et d’ailleurs si son prédécesseur Bernard Cazeneuve  a lancé le plan sécurité Mayotte, c’est bien parce que la situation de Mayotte est très dégradée.
Sur la pénurie d’eau le ministre n’a rien dit
Vous vous souvenez que devant l’assemblée nationale le ministre de l’intérieur avait détaillé les mesures à court terme et moyen terme pour résoudre la crise de l’eau –les bateaux, les forages, les retenues collinaires, l’usine de désalinisation  -  et il avait annoncé dans la foulée sa venue à Mayotte pour « mettre en œuvre ces mesures ». Et puis une fois arrivé ici, pendant deux jours, rien.  Pas un mot. Pas une visite chez les sinistrés du sud. Interrogé hier soir il a répondu très honnêtement que devant l’assemblée, il n’avait fait que lire une note laissée par Erika Bareigts, et que la ministre des Dom  Tom sera là cette semaine pour s’occuper de la crise de l’eau.  On attend donc une nouvelle visite ministérielle. Erika Bareigts, ministre des outremers,  connait très bien Mayotte et lui avait consacré sa première visite,..  Pour sûr qu’elle ne va pas repartir en nous disant  « ne vous inquiétez pas, ça va aller »… 

Bruno MINAS

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play