Comores : Les passagers de Maria Galanta veulent rentrer chez eux !

océan indien
61db1c5dd2478_whatsapp-image-2022-01-09-at-19-26-53.jpeg
Passagers bloqués ©Hachim Said Hachim
Excédés parce qu'ils n'ont pas obtenu de places retours, les passagers déçus ont exprimé leur colère ce samedi 8 janvier dans les locaux de l'agence Maria Galanta de Moroni.

Ce 8 janvier à Moroni, la compagnie maritime avait la possibilité d'embarquer une trentaine de personnes bloquées depuis 3 semaines mais elle a choisi d'attribuer les places à d'autres clients. Les 70 passagers venus tenter leur chance sont restés à quai, une fois de plus pour certains.

Pour marquer sa colère, un passager déchire son billet de transport devant les responsables de l'agence et leur dit ce qu'il pense à sa manière.

Depuis trois semaines, les personnes qui viennent de Mayotte peinent à y retourner. Les voyageurs impactés par ce problème de places sont ceux testés positives au coronavirus aux Comores. les personnes rencontrent énormément de difficultés à retrouver des places, une fois testés positifs après l'obligation d'effectuer une période d'isolement de 7 jours imposée par les mesures sanitaires pour lutter contre la covid-19.

Ce problème persiste depuis décembre dernier. De son côté, la compagnie de transport maritime Maria Galanta semble avoir du mal à absorber ce surplus de passagers touchés par le coronavirus qui s'accroît chaque semaine.

Ce samedi 8 janvier, jours de rotation du navire, ils étaient une centaine de personnes à chercher une place retour. Plusieurs espéraient un miracle, mais la chance n'a pas souri à tout le monde.

Aux Comores, le nombre de personnes en vacances victimes du coronavirus s'amplifie au fil des départs et perdent automatiquement leurs places, elles sont doublement sanctionnées.

Une situation d'autant plus compliquée, avec le nombre de cas positif au coronavirus. À Moroni, on estime à 150 le nombre de personnes dans l'attente d'une place sans garantie de retour avant le 22 janvier prochain. Beaucoup auront d'ici là, épuisé leur budget vacances !