Une nouvelle association lutte contre la délinquance

association dembéni
Association commando
©Raïnat Aliloiffa
L’association appelée Commando Ya hifadhui d’Iloni, créée il y a deux mois, se bat pour faire régner la paix dans leur village.
Dimanche 11 octobre, elle a réuni les habitants d’Iloni, la préfecture, la mairie de Dembeni et les différentes forces de l’ordre pour parler de sécurité. Une centaine de personnes étaient présentes. Les autorités publiques ont promis de les aider, mais elles insistent sur l’importance de respecter la loi afin d’éviter toute dérive.
Association commando
©Raïnat Aliloiffa

Les villageois d’Iloni sont préoccupés par l’insécurité qui n’épargne pas leur village. Raison pour laquelle ils ont répondu à l’appel de la nouvelle association villageoise qui lutte contre la délinquance. Son objectif est d’éradiquer les actes de violences sur leur territoire. Iloni est un petit village, la mission est d’autant plus délicate car tout le monde se connait.
« On connait les jeune et leurs points de rassemblements. Nous allons vers eux pour discuter, malheureusement pour le moment ça ne se passe pas très bien. Il y a deux jours on était en réunion et ces jeunes sont arrivés pour nous caillasser », raconte Souyifoudine M’lamali, chargé de communication de l’association Commando Ya hifadhui d’Iloni.

Mais les habitants n’ont pas l’intention de baisser les bras. Et afin d’éviter tout drame, les membres de l’association souhaitent un coup de main des forces de l’ordre. Ils demandent à être formés un minimum afin d’adopter les bons gestes lorsqu’ils auront à faire à un délinquant. Être ou ne pas être hors la loi, c’est là tout l’enjeu de cette association qui s’appelle Commando Ya hifadhui d’Iloni. Comprenez Comando pour la sécurité d’Iloni. Le représentant de la préfecture n’apprécie guère le terme de commando qui inciterait au combat selon lui. Il a demandé aux responsables de l’association de le changer.
 

L’idée est d’éviter qu’une association se transforme en milice ou en police parallèle. Mais s’ils sont là pour encadrer cette jeunesse pour qu’ils puissent s’en sortir alors toute bonne initiative est la bienvenue,

explique le capitaine Chamassi, chargé de mission au cabinet du préfet

Les membres de l’association veulent également contribuer à l’insertion socio-professionnelle des jeunes. En espérant que ces jeunes en question acceptent d’être aidés…
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live