publicité

Forum international des métiers et de l’artisanat : (presque) tout l’Océan indien représenté

135 artisans de l’Océan indien sont venus montrer leurs produits, juste à côté du marché couvert de Mamoudzou. Petit tour d’horizon des pays représentés.

Le forum des métiers qui se tient à côté du marché couvert de Mamoudzou © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Le forum des métiers qui se tient à côté du marché couvert de Mamoudzou
  • Yoram Melloul avec Ali Chamsudine
  • Publié le , mis à jour le

Le Forum des métiers et de l’artisanat de l'Océan indien se tient tous les jours à côté du marché couvert de 8H à 17H jusqu’au dimanche 30 juin. Mayotte la 1ère est allé à la rencontre des artisans. 

Green Fish : pour une meilleure coopération régionale

Hakim Nouridine (à gauche), le gérant de Green Fish et Sylvain Philys (à droite), qui est présent sous le même chapiteau. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Hakim Nouridine (à gauche), le gérant de Green Fish et Sylvain Philys (à droite), qui est présent sous le même chapiteau.

Hakim Nouridine est Mahorais. Il a lancé Green Fish il y a 6 ans. Son idée ? « Mettre en place un label qui travaille sur la nourriture pour renvoyer vers l’histoire culturelle. » Il tient deux stands. Dans le premier, son entreprise vend des plats cuisinés. Dans le second il a disposé des bocaux de mets colorés. Il les présente en narrant, chaque fois, l’histoire qui se cache derrière chaque recette. Un bocal de piments confits, à 8 euros, dans la main il raconte : « Ça c’est le sakay. Il est très commun chez les Malgaches de Mayotte. La nourriture nous rappelle les échanges de culture qui existent dans l’Océan Indien. »

Il regrette toutefois que l’évènement soit purement commercial et aurait voulu un forum plus centré sur la coopération régionale.  « Il n’y a pas forcément d’évènement qui permette de créer des partenariats entre les différents producteurs. Sans oublier qu’il est difficile pour certains d’obtenir des visas. »


Mama Nadine : Recycler papier et plastique pour faire des accessoires de mode

 
Mama Nadine en train de confectionner un accessoire en plastique recyclé © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Mama Nadine en train de confectionner un accessoire en plastique recyclé

Mama Nadine arrive de Grande Comore. Elle participe au forum pour la cinquième année. Déjà, en 2012, elle avait eu l’occasion de venir à Mayotte pour présenter ses produits au salon de la mode. « Ce genre d’évènement permet de rencontrer de nouvelles personnes. En venant à Mayotte les années précédentes j’ai créé des liens qui m’ont permis de développer mon entreprise et de diffuser mon savoir-faire. » Ainsi, en 2017 elle est partie dans les îles Rodrigues pour former des femmes à la production d'accessoires en matière recycler. Au stand elle présente des sacs et des bijoux qu’elle arbore fièrement autour de son cou.


Natoa Rasolonjatovo : peindre pour provoquer « un coup de foudre »

Natoa Rasolonjatovo, jeune artiste originaire de Madagascar, pose devant ses tableaux © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Natoa Rasolonjatovo, jeune artiste originaire de Madagascar, pose devant ses tableaux

Natoa Rasolonjatovo est un tout jeune artiste. « 22 ans et déjà 11 ans de carrière », précise-t-il en riant. Sa spécialité ? La peinture sur verre. « Je suis né dans une famille d’artistes, explique-t-il. En tant que gaucher j’ai toujours pensé à l’envers. C’était parfait pour peindre sur du verre. » Il faut dire que ses œuvres, peintes sur de petites plaques en verre, ne se comprennent qu’une fois retournées. D’un côté la peinture et de l’autre la signification. « J’aime voyager. Venir ici m’a permis d’ouvrir les yeux sur la culture mahoraise. » Alors il adapte sa production en fonction des lieux où il expose. « Un tableau n’a de valeur que dans les yeux de l’acheteur. Il faut qu’il ait un coup de foudre. À Mayotte, je vais plutôt présenter des œuvres en lien avec l’île. »

Le forum lui donne une meilleure visibilité. « Lors de ma dernière participation, en 2017, j’ai fait 30% de mon chiffre d’affaire annuel. » Ses œuvres sont vendues entre 50 et 250 euros.

Autre petite particularité de cette édition, pour la première fois un stand est tenu par une personne originaire de l'île Maurice. Menuisier, il présentera son savoir-faire à partir du 27 juin.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play