Une grève de la faim pour se faire entendre

social
Elanrif Boinali
©Aurelien Février
Elanrif Boinali, sous-directeur des services techniques de la CAPAM entame ce mardi une grève de la faim dans le hall d’accueil des chambres consulaires à Mamoudzou.
Poussé vers la sortie, Elanrif Boinali attend la mise en œuvre des modalités de son départ depuis près de 10 mois alors que son licenciement a été acté par le président actuel de la CAPAM.

Il a entamé ce mardi 1er septembre, une grève de la faim pour protester contre sa mise à disposition au Conseil Départemental programmée par le président de la structure pour des motifs de dysfonctionnement.

Dans un communiqué, le futur ex-salarié dénonce par ailleurs

des manœuvres de déstabilisation de la CAPAM orchestrées par les services de l'Etat (DAAF-SGAR) avec la bénédiction du Conseil Départemental de Mayotte afin de sortir cette institution du droit commun avec un projet de reconfiguration qui ne repose sur aucun texte juridique ni sur une volonté exprimée par la profession.

Elanrif Boinali

L’agent parle de mépris de la présidence à son encontre qui chercherait plutôt à le mettre au placard pour des raisons politiques.