Halte aux feux et à la déforestation : les naturalistes de Mayotte tirent la sonnette d’alarme

environnement
cultures brulis
culture sur brûlis ©Les naturalistes de Mayotte
A l’approche de la fin de la saison sèche les défrichements et les brûlis reprennent de plus belle notamment dans la presqu’île de Saziley et pourtant la coupe d’arbres est soumise à autorisation. Les naturalistes de Mayotte dénoncent de telles pratiques. 
 
L'association des naturalistes de Mayotte a constaté ces derniers jours  des coupes illégales sur du terrain public comme dans l’arrière-mangrove de Malamani où une dizaine de beaux arbres ont été tronçonnés pour laisser place à des plantations agricoles…illégales.
mangrove
Quant aux brûlis ils sont strictement encadrés depuis l’arrêté préfectoral de 2017 :
  • Tout brûlis de végétaux sur pied est interdit, quelle que soit la période de l’année
  • Tout brûlis de végétaux coupés et rassemblés en tas est soumis à autorisation préalable de la DAAF, entre juin et décembre
  • Un brûlis ne peut être effectué que par le propriétaire du terrain ou son ayant droit.
Dans un  communiqué, les naturalistes de Mayotte font état de  panaches de fumée qui  deviennent de plus en plus fréquents dans le paysage, en zone agricole ou forestière. Ces derniers jours la presqu’île de Saziley a été particulièrement impactée par de nombreux feux qui ne répondaient certainement pas aux conditions de l’arrêté préfectoral (leprincipal propriétaire des terrains est un service de l’Etat).
En outre ces feux étaient sans surveillance et se sont poursuivis jusqu’au milieu de la nuit , affirment les naturalistes.
L'association a alerté  tous les services concernés et envisage de déposer plainte.
Chaque année la déforestation et les brûlis détruisent le couvert végétal. L’impact est particulièrement grave dans les zones d’intérêt écologique majeur comme Saziley qui abrite encore des reliquats de forêt sèche, une formation végétale en régression accélérée dans le monde, qui n’existe plus dans l’outre-mer français qu’en Nouvelle Calédonie et à Mayotte. Mais à ce rythme, dans quelques années, la forêt sèche de Saziley ne sera plus qu’un lointain souvenir , a tenu à alerter l’association environnementale , les naturalistes de Mayotte.
Environnement : L'érosion des padza en question

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live