publicité

HYPERTENSION ARTERIELLE : « Une tueuse silencieuse » par le Docteur Xavier LUANIKA,Cardiologue à Mayotte: PARTIE 1/2

L’hypertension artérielle(HTA), «Tueuse silencieuse», est la première maladie chronique dans le monde et en particulier à Mayotte où elle est à l’ origine des nombreux décès qu’on pourrait éviter.

  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le
Cette «  tueuse silencieuse » entraîne de nombreuses complications chez l’hypertendu comme l’augmentation de risque d’accident vasculaire cérébral, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale et de troubles cognitifs qui pourraient  être évitées par une prise en charge rapide des patients.

Plusieurs hypertensions artérielles  
                          

Il n’y a pas une, mais plusieurs hypertensions artérielles. Les objectifs thérapeutiques et la prise en charge de cette maladie sont en effet différents, selon qu’il s’agit d’un patient diabétique, très âgé, d’un sujet noir, d’une femme ménopausée, d’un enfant ou d’une femme enceinte. En général, après une mise en route du traitement, l’objectif tensionnel dans la population générale est à moins de 140/90 mmbg. Mais selon le terrain ou les facteurs de risques associés, cet objectif peut être différent.

 Hypertension chez l' enfant et l' adolescent


Si l’ HTA est exceptionnelle chez l’enfant avant 7 ans, elle est de plus en plus fréquente chez l’adolescent du fait de l’augmentation de la prévalence de l’obésité et de la consommation des boissons énergisantes. Chez le nouveau-né et le nourrisson, l’ HTA est souvent découverte à la suite d’une défaillance cardiaque. Par conséquent, la prise en charge de l’ HTA n’est donc pas si standardisée que cela et elle doit être adaptée aux spécificités de chaque patient.
 

C’EST QUOI L’HTA ?

 
L’hypertension artérielle se définit par une élévation trop importante de pression dans les artères qui persiste alors que le sujet ou le patient est au repos.
La pression artérielle est évaluée habituellement par deux chiffres :

- un premier, le plus élevé, reflète la pression artérielle systolique (PAS), autrement dit la pression de sang maximale lorsque le cœur se contracte et propulse le sang dans les artères ;

- le second, le plus bas, correspond quant à lui à la pression du sang minimale quand le cœur se relâche : c’est la pression artérielle diastolique (PAD). 
 

La pression artérielle est mesurée par le tensiomètre en millimètres de mesure (mmbg),

par exemple, 130/80 mmbg mais est souvent exprimée en centimètres de mercure : 13/8. On parle d’HTA quand la pression artérielle a été mesurée à plusieurs reprises, chez un sujet au repos depuis quelques minutes, à plus de 140 mmbg pour la PAS ou à plus de 90 mmbg pour la PAD.

CONSEQUENCES DE L' HTA SUR LES ARTERES :

  Les artères confrontées à une hypertension se modifient et vieillissent :
- les parois des grosses artères se rigidifient et perdent de leur souplesse ;
- les petites artères s’épaississent, leur lumière diminue et leur capacité à se dilater pour s’adapter aux besoins s’atténue.

Au fil des années, si rien n’est fait, ces anomalies conduisent à une mauvaise irrigation des organes comme le cœur, le cerveau ou le rein, et entraînent les complications de l’ HTA que sont l’infarctus, l’accident vasculaire cérébral ou l’insuffisance rénale.
 

D’autres facteurs qui peuvent s’ajouter à l’ HTA pour léser les artères ?

 L’excès de cholestérol, le diabète et le tabagisme sont les facteurs les plus importants et surtout ceux sur lesquels  on peut agir de manière efficace.
Pour ces raisons, le médecin qui soigne votre hypertension recherche la présence ou non de ces facteurs, afin de mieux évaluer votre risque d’avoir une maladie cardiaque et vasculaire.
 

L’HYPERTENSION  A – T – ELLE UNE HISTOIRE NATURELLE ?


L’HTA n’est pas une maladie qui commence un jour donné, c’est un continuum ou un phénomène physiopathologique progressif à travers la vie. On naît prédisposé à l’hypertension. Dans l’adolescence apparaissent  les premiers épisodes hypertensifs, mais ils sont le plus souvent méconnus. En réalité, c’est seulement dans la quarantaine ou la cinquantaine que l’ HTA s’installe réellement et devient permanente, voire symptomatique. C’est encore 10 ou 20 ans plus tard que surviennent les complications.

LA SUITE : MESURES DE PREVENTION DE L' HYPERTENSION EN DEUXIEME PARTIE : 2/2. CLIQUEZ :

https://la1ere.francetvinfo.fr/mayotte/hypertension-arterielle-mesures-p...

Avec EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU  ET le Docteur XAVIER LUANIKA, Cardiologue et Hypertensiologue, Membre de la société française de cardiologie, Membre de la société française de l’hypertension artérielle et Membre de la société française de l’échographie.

DES LIENS POUR S'INFORMER :

 >> La Fédération française de cardiologie

>> Le site du Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle

>> La Société française d'hypertension artérielle

DE LA DOCUMENTATION UTILE : 

>> Le guide "Hypertendus : prenez vos consultations en main !" du Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle

>> Le guide "HTA : Alimentation et mode de vie" du Programme National Nutrition Santé.

>> Le Panorama mondial de l'hypertension (Un "tueur silencieux" responsable d'une crise de santé publique mondiale), par l'Organisation mondiale de la santé

Infographie : ce qu'il faut savoir sur la tension artérielle

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play