IBS contre Vinci : nouvelle offensive pour la carrière de Kangani

social
IBS/VINCI
©Mayotte la 1ere
Nouvelle escalade dans le conflit qui oppose IBS à Vinci pour la carrière de Kangani. Ce mercredi 22 janvier, les gendarmes ont tiré des gaz lacrymogènes à l’encontre des salariés d’IBS pour permettre à des responsables de Vinci d’accéder à la carrière.
 
Vinci contre Ibs, Ibs contre Vinci, une saga médiatico-judicaire qui entre dans une nouvelle phase. La multinationale Vinci semble vouloir faire valoir ses droits sur sa propriété. Et elle n’hésite pas à faire appel à la force publique, comme l’y autorise le tribunal administratif depuis le mois d’aout dernier. 
Ce mercredi, une nouvelle étape a donc  été franchie quand IBS a refusé l’accès –une nouvelle fois- à la carrière à des responsables de Vinci. Ces derniers ont fait venir les gendarmes. Cinq camions de gendarmes mobiles sont dépêchés sur les lieux. Malgré la pluie diluvienne qui s’abat sur Kangani, les salariés d’IBS restent impassibles et unis au portail d’entrée de la carrière. Ils font face aux gendarmes. Des camions bloquent également l’entrée de la carrière.
Les salariés d’IBS parés d’un masque aux nez, sont prêts à toute éventualité. Et ils ont bien raison. La sommation est lancée. Les gaz lacrymogènes sont lancés à leur encontre. Certains les renvoient chez les gendarmes. Mais malgré leur détermination et même avec l’aide de la pluie, ils ne résistent pas longtemps à la fumée. Ils finissent par se disperser. 
IBS/ VINCI
©Mayotte la 1ere
 

Le terrain de Kangani a été vendu à la société Vinci pour la somme de 200 000 euros. IBS en proposait 4 millions d’euros.

C’est une nouvelle escalade dans le conflit qui oppose IBS à la société Vinci. Le dernier acte remonte au mois d’aout dernier. L’on se souvient que des salariés d’IBS avaient barrées les routes de Mayotte, la veille d’une audition de leur société, au tribunal administratif. Suite à cela, le tribunal donne un délai de trois mois à IBS pour quitter Kangani. 
Le tribunal administratif enjoint également au préfet à user de la force -s’il le faut- pour déloger la société réunionnaise de la carrière. En 2015, suite au conflit qui opposait Frédéric D’Achery, le propriétaire du terrain à son locataire, Théophane Narayanin, le patron d’IBS, le terrain de Kangani a été vendu à la société Vinci pour la somme de 200 000 euros. IBS proposait pourtant 4 millions d’euros. Mais Frédéric D’Achery a refusé.  Avec l’épisode de ce mercredi, la saga médiatico-judicaire opposant IBS à Vinci est loin d’être finie.