"Je vais te tuer avant tes 30 ans"

maesha
Anne-Laure, victime de violence conjugale
Anne-Laure, victime de violence conjugale ©Mayotte la 1ere
Anne-Laure, victime de violences conjugales, a dû fuir pour rester en vie. Cette mère de famille partage son calvaire et son parcours pour survivre face à son mari violent dans ce numéro de Maesha.

Indépendamment du contexte ou de l'environnement social, il est très difficile de faire face à la violence conjugale. Les proches de la victime se retrouvent souvent démunis, sans savoir réellement comment agir. Parce qu'en dépit des mises en garde, si la victime ne veut pas quitter son bourreau, personne ne peut l'y obliger, la décision finale doit venir d'elle.

Et si certaines femmes qui subissent des agressions de leur conjoint ne partent pas, c'est souvent pour des raisons sociales ou économiques.

Les victimes d’hommes violents et manipulateurs sont bien souvent dans une situation d’emprise et de peur, qui rendent tout départ extrêmement difficile voire même impossible. 

Dans ce rendez-vous de Maesha nous vous proposons de retrouver le témoignage glaçant et courageux d’Anne-Laure Albisetti, ancienne victime de violences conjugales, qui a dû quitter la France métropolitaine et sa famille pour rester en vie. Le père de sa fille la menacé plusieurs fois de la tuer avant ses 30 ans,  symboliquement elle se devait d'agir avant. 

Je vais te tuer avant tes 30 ans

Ex-mari d'Anne-Laure Albisetti

Emission Maesha

La directrice du centre d’informations sur les droits des femmes et des familles de Mayotte, la Docteure en histoire du droit Laoura Ahmed rappelle les différents dispositifs qui viennent en aide aux femmes, victimes de violences conjugale.

Maesha : Violences conjugales, fuir pour rester en vie