publicité

Jean-François Hory est décédé en Bourgogne à l’âge de 68 ans.

Un grand nom de la politique mahoraise. Ancien député de Mayotte, il a mené une carrière politique à la fois locale et nationale puisqu’il fut également président du Mouvement des Radicaux de Gauche,  député européen, et même candidat aux présidentielles de 1995.

© INA
© INA
  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le , mis à jour le
Retour sur le parcours de ce métropolitain qui s’est battu aux côté des mahorais pour la départementalisation.
Jean-François Hory arrive à Mayotte en 1977. Fonctionnaire à la préfecture à Dzaoudzi. IL est spécialisé dans les affaires communales et budgétaires. Très vite, on verra qu’il n’est pas un « mzougou » comme les autres. Il supporte mal le ghetto métropolitain qui vit concentré sur le Rocher et à Pamandzi. Il va installer ses bureaux en Grande-Terre. Il consacre son temps libre à créer un club sportif, le TCO de Mamoudzou. Il se fait beaucoup d’amis. Il démissionne de la fonction publique d’Etat pour devenir le responsable administratif de la nouvelle institution territoriale. En 1981, Younoussa Bamana et Marcel Henry le poussent à se présenter aux législatives. Jean-François Hory devient député pendant la vague rose de 1981. Pourquoi lui ? Parce-qu’il est de gauche; les départementalistes de la droite mahoraise pensent qu’il sera le mieux placé pour discuter avec les socialistes au pouvoir. Jean-François Hory va épouser la cause de la départementalisation de Mayotte. Ce sera son combat, au même titre que les Bamana, Giraud, Henry, Henri Jean-Baptiste…tous ceux qui ont œuvré pour que Mayotte reste ancrée dans la République Française.

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play