mayotte
info locale

Les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de Koungou sur le terrain contre la délinquance 

violence koungou
gendarmerie
©Kalathoumi Abdil-Hadi  
Les caillassages des automobilistes et les barrages de routes sont quotidiens dans notre île. Une violence exercée par des adolescents voire même des enfants.
Ils sont tous jeunes mais d’une violence terrorisante, et à la nuit tombée font régner la peur aux abords des routes mahoraises notamment en zone urbaine, Mamoudzou ou Koungou.
À Koungou, ou une brigade de gendarmerie a ouvert ses portes l’année dernière, les militaires -eux aussi- subissent les violences de ces jeunes. Pourtant hors de question, nous dit-on de laisser la rue aux délinquants, les militaires continuent quotidiennement de nouer des contacts avec la population. Nous nous sommes rendus en pleine journée au centre de Koungou avec les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention (Psig), dans le cadre de ces opérations de contacts avec la population. Mais à 11h, « ils dorment » informe Houzayinya Madi, gendarme adjoint volontaire, en parlant de ces délinquants. Nous ne risquons donc pas de les rencontrer. 
carcasse voiture
©Kalathoumi Abdil-Hadi  
La rue est animée à cette heure-là, entre les usagers de la poste, les nombreux camions qui circulent, le marché, des riverains qui vagabondent, la vie suit son cour, difficile même de croire que la veille au soir, à cette même place de la poste, une voiture a été vandalisée. Les militaires nous montrent les bris de vitre encore sur la chaussée.

La présence de gendarmes attire forcément. Les agressions ont marqué la population. Mais personne ne dénoncera ces délinquants, par peur de représailles. Un jeune homme d’une trentaine d’année et montre ses plaies cicatrisantes,

c’est à Trévani, qu’on m’a fait ça. On pense que je vais me venger mais je ne le ferais pas

 assure-t-il. Pas de vengeance mais beaucoup de rancœur. Assandi Abdallah Houmadi, la vingtaine, grand et corpulent, lui, brise en partie l’omerta avec une voix imposante. Il interpelle les gendarmes :

nous en avons assez à Koungou de cette violence 

dit-il alors que des enfants commencent à s’attrouper tout autour de lui et des gendarmes.

gendarme
©Kalathoumi Abdil-Hadi  


Houzayinya Madi, la gendarme adjoint volontaire hausse le ton pour les disperser. 
Assandi Abdallah Houmadi prévient :

si j’en attrape un, je vais le taper. Ils sont tout petits et descendent ici avec leurs chiens pour venir faire le bordel. On en a marre! 

Ils en ont tous marre, parce que la violence de ces enfants ne fait pas de quartier et les premières victimes sont les habitants de leur localité. Mais personne ne donnera le nom de ces jeunes terreurs, pourtant le maréchal des logis, Oili Miller, en est convaincu,

ils connaissent ces jeunes .

Originaires de Koungou, le militaire se souvient qu’avant d’embrasser sa profession, il avait toutes les informations concernant les fauteurs de trouble dans Koungou,

maintenant, je n’ai plus aucune information 

se désole-t-il. 

Malgré tout, ils s’approchent des riverains, des commerçants du marché et même d’un groupe d’adolescents, jouant dans une voiture abandonnée. Ils tentent le contact, ils discutent, ils blaguent même avec eux. Pour le maréchal des logis, ces moments de contacts restent importants pour montrer que le gendarme

n’est pas là que pour sanctionner.

Nouer des contacts, en espérant vainement que les langues se délient. Mais, les habitants de ces quartiers connaissent bien l’agressivité de ces jeunes, personne ne prendra le risque d’en être la cible.
 
Publicité