L'actualité régionale 12 Janvier

océan indien
COMORES

COMORES

L’île de Moheli n’est pas la seule à souffrir d’une flambée de l’épidémie de Covid. A Anjouan aussi, le nombre de cas est en train d’augmenter

37 cas supplémentaires de Covid ont été diagnostiqués pour la période entre le 31 décembre et le 7 janvier, alors que le décompte hebdomadaire ne donnait habituellement qu’une dizaine de cas. Le chiffre ne reflète qu’une petite partie de la réalité puisque les tests ne sont pas couramment pratiqués, ils coûtent cher. Le quotidien « Al-Watwan » rapporte qu’à  Mutsamudu, les gestes barrières ne sont pas respectés. Les gens ne portent pas de masque dans les commerces, les marchés. Seuls la mairie de Mutsamudu, la poste et l’hôpital de Hombo font vraiment respecter le port du masque. Ailleurs c’est oublié. On ne voit même plus les jerricans d’eau chlorée qui étaient disposés  pour le lavage des mains. La situation dramatique de Mohéli est pourtant connue de la population anjouanaise, mais on compte sur le fait que Mohéli est isolée. Sur le papier, il est vrai que personne n’a le droit de quitter Mohéli, mais dans la réalité il y a encore des déplacements avec le risque de propagation.

 

 

SEYCHELLES

Les Seychelles, premier pays de la région à vacciner massivement, le président de la République a donné l’exemple

Cela a commencé par une piqûre en public et en direct à la télévision du président de la République Wavel Ramkalawan. Plusieurs ministres et autres leaders politiques ont suivi .Les Seychelles ont reçu dans un premier temps 50 000 doses du vaccin chinois Sinopharma, offertes par les Emirats. On en attend 20 000 autres. D’ici la fin du mois le pays devrait recevoir de l’Inde 50 000 doses d’un autre vaccin, le « Astra – Zeneca ». Les Seychelles seront peut-être le  premier pays au monde à obtenir une immunité collective avec au moins 60% de la population vaccinée. Il faut dire qu’aux Seychelles, c’est plus facile qu’ailleurs puisqu’il n’y a que 96 000 habitants.

 

 

MOZAMBIQUE - TANZANIE

Le président mozambicain est en visite officielle en Tanzanie, entre les deux pays il est surtout question de lutter contre le terrorisme

Les fêtes de fin d’années ont été mises à profit par la guérilla islamiste au Mozambique pour s’introduire sur le site en construction du projet gazier. L’entreprise française Total a été obligée d’évacuer son personnel. L’insurrection islamiste a commencé depuis 3 ans, mais c’est la première fois qu’elle investit directement la péninsule d’Afungi où se met en place, sur 7000 hectares, ce méga projet où Total a investi 16,5 milliards d’euros. Le chantier est quasiment à l’arrêt. Dans le passé, l’armée tanzanienne a déjà prêté main forte aux autorités mozambicaines sur la frontière entre les deux pays. Les deux présidents Filipe Nyusi du Mozambique et John Magufuli de Tanzanie vont probablement sceller des accords militaires dans le but de venir à bout des « Chababs », affiliés à Daesh.

 

 

MADAGASCAR

Les arrestations se multiplient dans le cadre de l’enquête sur un  trafic d’or, exporté illégalement de la grande-île.

L’affaire a commencé en Afrique du Sud avec l’interpellation de trois malgaches arrivés à bord d’un petit avion privé. Ils transportaient dans leurs bagages 74 kilos d’or sous forme de lingots. Ils étaient en transit avec semble-t-il  l’intention d’écouler leur marchandise à Dubaï et à Singapour. A Madagascar déjà 8 personnes ont été placées sous les verrous dont un des responsables  de l’aviation civile. Les prévenus ont été incarcérés dans une prison de haute sécurité à Antananarivo. Les autorités malgaches veulent obtenir de l’Afrique du Sud l’extradition de leurs 3 ressortissants. Elles veulent surtout récupérer l’or. 74 lingots à environ 50 000 euros pièce, cela fait une belle somme.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live