L'actualité régionale 13 Avril

océan indien
Anjouan, la Cuvette
©Bruno Minas

COMORES

Le président Azali annonce une mauvaise nouvelle aux Comoriens: Ils vont devoir mettre la main à la poche pour les vaccins

Le chef de l’Etat Comorien était hier à Anjouan pour le lancement de la campagne de vaccination. Il a remercié les pays donateurs qui ont fourni les Comores en doses de vaccins, « mais cela ne suffira pas pour tout le monde » a-t-il prévenu. « Ne vous étonnez pas si vous voyez arriver des gens pour vous demander de l’argent pour aider l’effort national pour la vaccination ». Il a aussi annoncé sous forme de boutade que  « les fonctionnaires ne devront pas s’étonner s’ils touchent leur salaire le 35ème ou le 45ème jour du mois ». Pas sûr que les intéressés apprécient cet humour quand on sait qu’ils sont déjà soumis aux retards de paiement et que leurs salaires avaient déjà été amputés après un cyclone il y a deux ans.  

Pendant ce discours présidentiel, à l’autre bout de l’île dans la région du Nyumakélé, les habitants du village de Haada ont défilé nombreux avec des banderoles contre le président Azali. C’est le village natal du major Hakim Said Bakari, mort sous la torture et enterré à la hâte la semaine dernière. Pour une fois la manifestation n’a pas été dispersée.

 

 

MADAGASCAR

A Antananarivo, on vit les pires heures depuis le début de l’épidémie de Covid. Les hôpitaux refusent du monde. Les témoignages de familles de malades se multiplient ; ils décrivent une situation désespérante

Le quotidien « Midi-Madagascar » raconte le parcours tragique d’une mère de famille d’un hôpital à l’autre, impossible de trouver une place alors qu’elle ne peut presque plus respirer. « Il y a des gens qui meurent dans les voitures » écrit le journal ; d’autres n’ont même pas de moyen de transport et meurent à domicile. Quand on trouve un lit, encore faut-il qu’il y ait aussi de l’oxygène et du personnel soignant. La profession est particulièrement touchée par le virus. « La population est livrée à elle-même » déplore le journal. Le virus attaque tout le monde, au parlement on sait que plusieurs députés sont malades. Même chose dans les ministères. Au palais de justice, on ne tient pratiquement plus d’audience. Le président Andry Rajoelina ne reste pas inactif. Le week-end dernier, avec son épouse, il a rendu des visites médiatisées aux malades. Il leur a distribué des yaourts, un pot de miel, de la confiture, du lait en poudre, du gel hydro-alcoolique et des couvertures car il commence à faire frais la nuit. On remarque que la célèbre potion Covid-Organics ne fait plus partie du lot ; et que les vaccins ne sont toujours pas là.

 

 

MAURICE

Un cluster dans un hôpital a provoqué une hécatombe de malades dans un service de dialyse : on compte 9 morts et leurs familles sont contaminées

L’hôpital de Souillac, au sud de Maurice, avait carrément mis la clef sous la porte au début de l’année pour cause de contamination du personnel. Par précaution, tous les services avaient été fermés sauf un : le service de dialyse dans lequel doivent se rendre les patients en externe. Pas de chance, plusieurs personnes ont été contaminées dans ce service, soignants et malades. 9 en sont mortes. Le virus circule maintenant dans les familles. Les autorités médicales sont sur la sellette, accusées de négligence et d’incompétence. Le ministère de la santé a appelé hier soir tous les patients sous dialyse à se faire vacciner de toute urgence.

 

 

LA REUNION

Une éruption volcanique a failli faire oublier le couvre-feu, les gendarmes remettent de l’ordre

Quand le Piton de la Fournaise se réveille à la Réunion, c’est toujours la même histoire. Des familles entières se précipitent pour aller voir le spectacle. On amène la tente et les matelas pour dormir sur place, les provisions et les marmites, et de gigantesques pique-niques sont improvisés. Sauf que cette année, le volcan se réveille en période de Covid. Il faut rentrer chez soi à 18h00, les pique-niques sont interdits ainsi que les rassemblements de plus de 6 personnes. Les gendarmes ont circulé ces dernières heures pour des rappels à l’ordre et des contraventions. On rappelle que la pratique du bivouac est interdite. Or c’est la nuit que les éruptions sont les plus belles, malheureusement pour les spectateurs.