L'actualité régionale 18 Janvier

océan indien
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus (photo d'illustration).
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus (photo d'illustration). ©Imaz Press

COMORES - REUNION

Un premier cas de variant sud-africain du Coronavirus a été détecté à la Réunion. Le virus est arrivé des Comores

Il s’agit d’un patient en réanimation à l’hôpital de Bellepierre à St Denis ; il avait été évacué sanitaire en provenance des Comores. Selon l’ARS, le risque de dissémination par ce patient est faible car il a suivi un parcours sécurisé dès le départ. « Les personnels soignants ont strictement respecté les protocoles » assurent les autorités. Il n’en reste pas moins que tous les personnels ayant participé à ses soins sont testés. Le virus a été identifié à Lyon, mais dès aujourd’hui la Réunion disposera du matériel nécessaire au séquençage du virus, permettant de savoir, en 48 heures,  de quelle souche il s’agit. 35 personnes, testées positives, sont venues de Mayotte à la Réunion ces deux dernières semaines leurs prélèvements vont être analysés pour savoir s’il s’agit du « 501-Y-V2 », le nom de code de la variante sud-africaine.

 

 

MADAGASCAR

Le nombre cas a quadruplé en une semaine. Un hôpital d’Antananarivo est dédié exclusivement aux patients Covid, mais il est en piteux état

Le CHU d’Andohatapenaka n’est pourtant pas ancien, il a été inauguré en 2014, mais rien ne va plus. Un reportage de Rfi nous décrit les robinets cassés, les toilettes hors d’usage, les pannes d’électricité. Le comble pour une unité Covid : le générateur d’oxygène ne fonctionne plus. Il faut compter sur la générosité pour obtenir des bonbonnes. Les personnels menacent de se mettre en grève pour réclamer des masques, des gants, des blouses, et le paiement d’une prime promise. Le labo est débordé et fonctionne au ralenti ; il faut jusqu’à 14 jours pour obtenir un résultat de test. On  y craint la deuxième vague plus que partout ailleurs.

 

 

 

MOZAMBIQUE

Le Mozambique est touché de plein fouet par la deuxième vague du virus, avec un record de mortalité la semaine dernière

18 morts en 24 heures, le Mozambique n’avait jamais atteint un tel bilan depuis le début de l’épidémie en mars 2020. 10 hommes et 8 femmes sont décédés à l’hôpital. Sur ces 18 patients seuls 8 étaient âgés de plus de 65 ans, les autres étaient d’âge moyen, de 34 à 54 ans, et même un jeune de moins de 24 ans. Le Mozambique étant frontalier de l’Afrique du Sud, c’est le variant sud-africain, plus contagieux,  qui est encore en cause. Le pays n’a pas confiné la population mais de fortes restrictions sont entrées en vigueur pour les commerces et les restaurants qui doivent fermer à 20H00 la semaine et ne pas ouvrir le week-end en soirée. Un état de calamité nationale a été décrété depuis vendredi minuit.

 

 

ZANZIBAR

L’île de Zanzibar perd deux hôtels de luxe ravagés par les flammes, tous les clients ont pu être sauvés

Dans la nuit de samedi peu après 2h00 du matin, l’Ocean Paradize et le Tui Blue, deux établissements cinq étoiles, sont partis en fumée avant que les pompiers ne puissent intervenir. Les deux hôtels étaient construits en matériaux traditionnels, des bungalows aux charpentes de bois avec des toits de palmes. L’incendie a gagné un local dans lequel étaient stockés 4 000 litres de fuel destinés à alimenter les groupes électrogènes. Il n’y a pas de victimes, les 338 touristes qui dormaient ont tous pu être évacués à temps. C’est un coup dur pour le tourisme Zanzibar après l’effondrement, le mois dernier, du palais du sultan à Stone-Town. Il ne reste qu’un tas de pierres de ce monument historique qui était en cours de rénovation.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live