L'actualité Régionale 18 Septembre

océan indien
madagascar
©Andry Rakotondravola
COMORES

Les Comores ont entamé un rapatriement en masse de leurs ressortissants coincés à Madagascar


Un appareil de la compagnie comorienne AB Aviation a effectué deux rotations hier entre Moroni et Antananarivo pour ramener 120 comoriens qui étaient restés coincés à Madagascar depuis près de 6 mois. Pour cela la compagnie a du louer un ATR, un appareil un peu plus grand. D’autres rotations sont prévues la semaine prochaine. Une autre petite compagnie locale, Int’Air îles est aussi mise à contribution.  Mais on est très loin du compte. On estime à 1 500 le nombre de comoriens qui veulent rentrer au pays. Comme on ne peut pas exiger de test Covid au départ – difficile à réaliser à Madagascar – les passagers sont testés à l’arrivée, aux frais de l’Etat comorien qui a enfin reçu les réactifs. Ils sont ensuite placés en isolement dans des hôtels pendant trois jours aux frais de l’Etat aussi. Trois jours, ce n’est pas vraiment le protocole habituel qui est de 7 jours minimum ailleurs dans le monde.





MAURICE


On commence à mesurer les conséquences économiques et sociales de l’épidémie de Coronavirus à Maurice, et cela donne le vertige. Le Bureau Mauricien des Statistiques prévoit 100 000 chômeurs d’ici à la fin de l’année



Jamais l’île Maurice n’a connu une telle récession. On parle aujourd’hui de 100 000 chômeurs, soit 17,5% de la population active. Le chiffre a été validé par le ministre de l’économie.Pour Maurice c’est énorme. Le pays s’est toujours targué du plein emploi pendant des décennies. L’arrêt total du tourisme a des conséquences en cascade. Des personnels hôteliers, de restauration, des transporteurs, des opérateurs de loisirs nautiques et autres, sont les premiers à se retrouver  sans emploi. Ensuite il y a tout ce qui gravite autour du tourisme : les sociétés de services,  les artisans, les constructeurs, les agriculteurs… On prévoit des licenciements massifs en 2021. Le textile sera touché aussi. Cette industrie emploie 75% de main d’œuvre étrangère. Ces travailleurs risquent d’être obligé de rentrer chez eux au Bangla Desh, au Sri Lanka ou à Madagascar. Les entreprises qui continueront à travailler paieront des taxes de solidarité alourdies de 25%, destinées à soutenir un peu celles qui sont au bord de la faillite.  


TANZANIE - KENYA

Quand l’économie l’emporte sur la santé : La Tanzanie a gagné son bras de fer contre le Kenya après plusieurs mois de blocus aérien



Entre ces deux pays il y a une grande différence par rapport au Coronavirus. Le Kenya a pris beaucoup de précautions : des tests, des quarantaines, un suivi des cas contacts, des contrôles au frontières … La Tanzanie au contraire a décidé de faire comme si le virus n’existait pas. Pas de tests, pas de masques, pas de gestes barrières. Du coup le Kenya a décidé de mettre en systématiquement en quarantaine stricte les voyageurs tanzaniens. Les tanzaniens se sont fâchés et ont interdit aux avions kenyans de se poser en Tanzanie. Cela a causé de graves problèmes à Kenya Airways et trois autres compagnies kenyanes. Le Kenya a fini par céder. Depuis hier les tanzaniens ont le droit d’entrer librement au Kenya et les avions kenyans se posent sur les aéroports tanzaniens. Les compagnies sont soulagées, et les médecins au contraire sont très inquiets de cette libre circulation.




MADAGASCAR

Il y a un titre dans la presse malgache qui pourrait vous faire sursauter : « Macron s’installe à Madagascar ». Le président français aurait-il décidé de jeter l’éponge et de s’exiler dans la grande île ? Non, en fait il s’agit d’un magasin de sport


Macron c’est une marque italienne. C’est un équipementier de sport plutôt spécialisé dans les jeux collectifs foot-ball, basket, volley, rugby qui produit des maillots des shorts et des survêtements. C’est une marque qui a pignon sur rue dans le monde entier. Les principaux clubs malgaches sont déjà clients et la marque installe un magasin en plein centre d’Antananarivo pour la plus grande joie des amateurs de football. Macron veut étendre son marché sur l’ensemble de l’Océan Indien… C’est peut-être ça le  point commun avec le président français.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live