L'actualité régionale 20 Octobre

océan indien
port anjouan

COMORES

Le port de Mutsamudu à Anjouan est en passe d’être bloqué par des ordures ménagères accumulées au fond de l’eau depuis des années


Le dragage du port de Mutasamudu, le seul port en eau profonde du pays capable d’accueillir des porte-containers, est une urgence. Le ministre des transports s’est rendu sur place pour constater les dégâts. Bientôt les plus gros navires ne pourront plus entrer. Il leur faut une profondeur de 9 mètres au moins ; et il y a une couche d’ordures qui fait trois mètres d’épaisseur. La raison est simple, il n’y a aucune déchetterie dans l’île d’Anjouan, aucun système de ramassage des ordures. Les gens jettent où ils peuvent. Les plages de certaines villes sont une désolation. La rivière qui traverse Mutsamudu est une décharge à ciel ouvert et chaque crue emmène tout vers le port. Une société va draguer le port. Où va-t-on mettre les monceaux d’ordures ? Sans doute un peu plus loin en mer. Plusieurs tentatives d’instaurer une collecte et un traitement des déchets à Anjouan sont restées à l’état de projet.



MADAGASCAR

Madagascar garde ses frontières fermées à l’exception de l’aéroport de Nosy-Bé; mais l’état d’urgence est levé


Le président Andry Rajoelina est apparu dimanche soir à la télévision avec des messages divergents. D’un côté il annonce une victoire sur le virus et la levée de l’état d’urgence. D’un autre côté il insiste sur le respect des gestes barrières et annonce une limitation des rassemblements à 200 personnes. Les nouvelles infections sont assez rares ces derniers jours, aucune pendant le week-end. Mais les frontières  aériennes restent fermées. Elles devaient rouvrir le 29 octobre, c’est annulé. Seule l’île de Nosy Bé est accessible, mais désormais interdite aux voyageurs venant de pays où une deuxième vague est en cours, autrement dit les européens. Comme ce sont quasiment les seuls clients de NosyBé, cette ouverture n’en est pas une.




MOZAMBIQUE

Des centaines de personnes arrivent tous les jours dans la ville de Pemba, elles fuient les exactions des djihadistes qui se multiplient dans le nord du pays


Pemba est la capitale de la province de Cabo Delgado. La situation sécuritaire se dégrade à grande vitesse dans la région. Des petits groupes de djihadistes se réclamant des « Chababs », version locale de Daesh, envahissent des villages, brûlent des maisons, enrôlent des jeunes dans leurs rangs. D’autres habitants fuient vers le sud. La ville de Namialo a ainsi accueilli 8 500 personnes en quelques jours. L’armée mozambicaine ne vient pas à bout de cette rébellion. Cela inquiète l’Union Européenne qui se dit prête à apporter son soutien financier, mais pas militaire. Cette région doit abriter le plus gros investissement d’extraction de gaz du monde, dans lequel la compagnie française Total est partie prenante





MAURICE

La quatorzaine à Maurice est une vraie galère pour les voyageurs à l’arrivée. Un journal de la place a recueilli des témoignages qui ne donnent pas du tout envie d’y aller



"Le Mauricien" fait état de la mésaventure d’Isabelle, mauricienne résidant en France. Jeune maman, elle était tout heureuse de pouvoir enfin revenir à Maurice voir ses parents et leur présenter le bébé. Certains lui disent que son bébé n’a pas besoin de test, c’est pour les enfants de 11 ans. D’autres lui disent le contraire, oui il faut un test même pour les bébés. Ses parents contactent le ministère de la santé: oui il faut un test. Elle le fait faire in extremis avant de voyager. Arrivée à Maurice elle apprend que ce n’était pas utile; elle est parquée dans une chambre d’hôtel 15 jours et non pas 14 car il faut attendre un nouveau test. Interdiction totale de sortir de la chambre pour prendre l’air . Le bébé pleure tout le temps. On leur sert des plats insipides dans des boites en plastique. Autre témoignage de Michel, homme d’affaire: « je connais d’autres hôtels où les pensionnaires peuvent sortir, il y en a même qui vont à la plage » dit-il. « Je me demande quel imbécile va faire tout ce voyage pour se faire enfermer ». Et tout cela est payant. D’autres témoignages racontent l’attente interminable à l’aéroport. Bref Maurice est loin de renouer avec le tourisme.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live