L'actualité régionale 24 Juin

océan indien
Moustique
©Pixabay

LA REUNION

Malgré l’arrivée de la saison fraîche, l’épidémie de dengue se poursuit à la Réunion, elle a fait 14 morts depuis le début de l’année

14 décès depuis six mois, c’est autant que pour toute l’année 2019. En 2020 la dengue avait tué 22 personnes. Le bilan risque fort d’être plus lourd à la fin de 2021. La semaine dernière 1474 nouveaux cas ont été détectés dans l’île, en légère baisse mais cela reste très important, et cela représente aussi une menace pour Mayotte. On sait que la Réunion a été un point de départ  d’expansion de la maladie vers d’autres pays de l’Océan Indien. Toutes les communes autour de l’île sont touchées mais c’est dans l’ouest, à St Paul, que l’on enregistre le plus de cas. L’étang de Saint-Paul est un foyer de moustiques. La ville était d’ailleurs la capitale de la Réunion aux premiers temps de la colonisation, et on a déplacé ensuite la capitale vers St Denis, à cause du paludisme à l’époque. Cette année on constate que les formes graves de la dengue sont plus fréquentes aussi bien chez les bébés que les adultes et les plus âgés. Selon l’ARS, ces formes graves surviennent chez des personnes en pleine santé, qui ne présentaient pas de comorbidités. La lutte classique, chimique, contre les moustiques tigres s’accompagne d’une expérience d’élevage et de lâcher de moustiques rendus stériles dans le but de faire baisser leur nombre.

 

MAURICE

Les autorités de l’île Maurice vont durcir la politique de santé : la vaccination anti Covid pourrait devenir obligatoire pour tous les fonctionnaires

C’est déjà le cas dans l’éducation nationale sous peine d’être mis en congé sans salaire. La même sévérité s’applique dans les hôpitaux et les dispensaires. Ces mesures sont entrées en vigueur par décret lundi dernier. Ces deux dernières semaines le nombre de vaccinations a grimpé plus qu’en six mois. 90% des employés de l’éducation et de la santé sont maintenant vaccinés. Pour ceux qui ne le sont pas encore, un test PCR hebdomadaire est exigé. La possibilité d’étendre la mesure à d’autres secteurs de la fonction publique est à l’étude. Pour le moment, il n’y a pas d’obligation dans le privé, mais une forte incitation. Le pari mauricien est d’atteindre 780 000 personnes vaccinées d’ici fin août, début septembre. C’est une condition sine qua none pour ouvrir les frontières.

 

SEYCHELLES

Les voyageurs venant des Seychelles ont été placées par la France sur une liste rouge de pays à risque, avec quarantaine obligatoire et surveillée

La décision a été annoncée hier à Paris à l’issue du conseil des ministres. Les Seychelles, la Russie et la Namibie rejoignent la « liste rouge » où l’on trouve déjà, entre autres,  les Maldives, le Sri-Lanka, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du sud pour ne citer qu’eux. Selon le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal, ces pays représentent un risque de variant du Covid. Cela limite les voyages quasiment aux seuls ressortissants français de retour, et encore sur motifs impérieux. « Ils devront respecter une quarantaine qui fera l’objet d’un contrôle intransigeant par la police » dit le porte-parole. Les autorités seychelloises n’ont pas encore réagi. Il est clair que cela va entraver la reprise touristique. Les Français forment une grande partie de la clientèle.

 

 

MADAGASCAR

Madagascar rime désormais avec caviar. C’est une rareté culinaire saluée par le journal « L’Express de Madagascar »

Trois entrepreneurs français ont eu l’idée d’importer des œufs d’esturgeons de Russie et ont installé leur élevage à Ambatolaona pas très loin de la capitale il y a dix ans. La production a commencé timidement en 2017. Madagascar a  exporté cette année-là une tonne de caviar, une goutte d’eau par rapport à un marché mondial de 340 tonnes. Mais cette production a quintuplé depuis. De grands chefs français, dont Guy Savoy, ne jurent que par le caviar de Madagascar qui serait, paraît-il,  parmi les meilleurs au monde. C’est exotique, c’est cher. Selon l’ « Express Mada » ce  produit a toute sa place dans les palaces.