L'actualité régionale 27 Octobre

océan indien
Seychelles plage du Nord 240920
©Gabriel Robert


SEYCHELLES - INDE

La victoire de l’opposant Wavel Ramkalawan aux présidentielles des Seychelles est saluée dans le monde entier. Cependant, il y a un pays où les autorités s’inquiètent. Il s’agit de l’Inde. L’Inde se fait du souci pour son projet de base militaire


Dans le journal indien « Business Today », on rappelle la visite du premier ministre indien aux Seychelles en 2015. Lors de cette visite,  un accord avait été signé avec le président Danny Faure pour baser des avions et des navires indiens sur l’île d’Assomption. A l’époque l’opposition seychelloise menée par Wavel Ramkalawan avait vigoureusement protesté contre la militarisation de l’archipel. Maintenant, les indiens ne savent plus trop sur quel pied danser avec cet adversaire devenu président. En attendant  l’Inde a adressé comme il se doit un message de félicitation au nouvel élu. Dans ce journal de New-Dehli on rappelle même les lointaines origines indiennes du président seychellois, comme pour le caresser dans le sens du poil.  L’Inde veut affirmer sa présence dans l’Océan Indien, en concurrence avec la Chine qui a installé une base militaire à Djibouti. L’Inde a déjà obtenu de l’île Maurice de s’implanter sur Agaléga. On attend de voir quelle sera désormais l’attitude des Seychellois.





TANZANIE


En Tanzanie, on est aussi à la veille d’une élection. Demain mercredi les tanzaniens voteront pour élire le président et les députés


L’ambiance n’est pas à la confiance. L’opposition tanzanienne accuse la Commission électorale  de frauder en faveur du pouvoir, en manipulant les fichiers d’électeurs. Le leader du principal parti d’opposition, le Chadema, « affirme que des millions d’électeurs et de bureaux de vote fantômes ont été ajoutés ». La campagne de l’opposition a été compliquée. Le principal adversaire du président Magufuli, Tundi Lissu, a été interdit de meeting pendant une semaine car il était accusé de propos « séditieux ». Le président sortant John Magufuli fait face à une opposition dispersée. 14 candidats se présentent contre lui. Cette dispersion profite largement au président sortant car  il n’y a qu’un tour, celui qui a le plus de voix a gagné.




MADAGASCAR 

Nous avions donné une information erronée hier : finalement les réunionnais et les mahorais ont le droit de voyager vers Nosy-Bé. Les autorités malgaches ont accordé une exception à la fermeture des frontières


En raison de la deuxième vague de Coronavirus en Europe, Madagascar a interdit l’accès de son territoire aux ressortissants d’une liste de 11 pays européens, au premier rang desquels la France. Cependant les ressortissants des territoire de Mayotte et de la Réunion sont autorisés. Attention , il n’est pas autorisé à un européen de transiter par Mayotte ou la Réunion. Seuls les résidents de ces îles peuvent accéder à Nosy Bé moyennant 3 tests Covid : avant de partir, à l’arrivée, et au retour. Pour les mahorais cette exception reste sans effet puisqu’ils n’ont pas la possibilité de faire un test en raison du manque de tests à Mayotte.


MADAGASCAR


Une scène incroyable à Madagascar : un ministre qui capture lui-même un voleur en fuite. Cela s’est passé en plein centre d’Antananarivo


Ce n’est pas n’importe quel ministre qui se retrouve au centre de cette scène  digne d’un film d’action : c’est le ministre de la sécurité publique Rodellys Randrianarison. Il était au volant de sa voiture quand a traversé un jeune homme poursuivi par une foule. Un voleur de téléphone portable. Le ministre est sorti de sa voiture, s’est lancé à sa poursuite, l’a attrapé au collet et conduit lui-même au commissariat le plus proche devant les policiers éberlués de voir leur grand patron passer ainsi à l’action. Le ministre n’a fait que joindre le geste à la parole, lui qui prône une police plus présente et active sur le terrain.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live