L'actualité régionale 30 Novembre

océan indien
MORONI
©Trip Advisor
COMORES

Les proches et les soutiens du chanteur populaire Adinani, décédé aux urgences de l’hopital de Moroni le 5 novembre, ne veulent pas en rester là. Ils constituent un collectif pour demander une enquête indépendante


On se souvient que la direction de l’hôpital avait nié toute négligence, erreur médicale ou problème d’approvisionnement en oxygène. Elle estimait que le chanteur était déjà dans un état désespéré à son arrivée à l'hôpital. Le collectif rejette ces arguments avec des faits précis : prise de détresse respiratoire, la victime est arrivée aux urgences entre 19h10 et 19h11, et n’a été placée sous oxygène qu’à 19h20, alors que – selon un médecin – "au-delà de 3 minutes cela devient critique". Le collectif veut comprendre et en tirer les leçons. La prise en charge dans les hôpitaux comoriens reste un problème : en témoignent les arrivées constantes de « kwassas sanitaires » évacuant des malades et des blessés sur les plages de Mayotte.




MADAGASCAR

Le gouvernement malgache persiste et signe : il n’y aura pas de distribution  de vaccin anti Covid-19. Le président est contre, par principe. Quelques médecins et des diplomates essaient encore de le persuader


Le porte-parole du gouvernement malgache l’a confirmé à RFI : Madagascar n’adhère pas à l’initiative  "Covax" ouverte à tous les pays du monde pour distribuer des vaccins anti-Covid dès qu’ils seront disponibles. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 décembre. Il y aurait un fort lobbying pour tenter de le convaincre .« C’est aberrant de refuser un vaccin qui ne va quasiment rien coûter » dit une source diplomatique. Le gouvernement préfère s’appuyer sur le médicament local, le Covid-Organics. Les effets n’ont jamais été validés par une étude scientifique. Le président Andry Rajoelina est réticent au vaccin, comme la population en général. Le taux de couverture vaccinale à Madagascar est très bas, c’est l’un des quatre derniers  pays où il y avait encore la polio il y a seulement deux ans. 



MAURICE

L’île est  au régime sec : à partir de demain 1er décembre, des sanctions seront prises contre le gaspillage de l’eau


Toute personne surprise avec un tuyau d’arrosage à la main, un arrosoir ou un seau destiné à laver une voiture, un trottoir ou arroser des plantes sera passible d’une amende. Le niveau de l’eau dans les réservoirs du pays a atteint un seuil inquiétant. Les agriculteurs sont victimes de rationnement, et ils sont en colère : l’irrigation des plantations de légumes et des champs de cannes a été réduite de moitié. Les autorités étudient la possibilité de réaliser des forages supplémentaires. Ce problème de l’eau touche toutes les régions de l’Océan Indien. Le déficit est tel qu’une saison des pluies normale ne suffirait pas à remplir les réserves.






RODRIGUES

Covid oblige, l’île Rodrigues fait son festival créole toute seule dans son coin. L’absence totale de visiteurs n’empêche pas les rodriguais de célébrer leur culture


La fête a commencé ce week-end et durera une semaine : c’est la 21ème édition de cette manifestation autour de la langue, le créole, la chanson, la musique, la danse et la gastronomie. Le séga tambour résonne dans Porte-Mathurin. Le petit musée ouvre ses portes aus Rodriguais qui veulent tout savoir de leur histoire, leur métissage. Comme chaque année, un grand concert était prévu où l’on devait accueillir des artistes de la Réunion, des Seychelles, de Madagascar et de Maurice bien sûr ; mais cette fois la scène sera 100% rodriguaise. L’île espère une réouverture au tourisme en février 2021, on y prépare déjà des séjours promotionnels pour la saint-Valentin