L'actualité régionale 9 Juin

océan indien
Migrants aux Canaries
Migrants africains aux Canaries ©BOJA SUAREZ/AFP

COMORES

Des Comoriens perdent la vie sur la route de l’exil vers l’Europe. Le consulat des Comores au Sahara Occidental signale la mort d’au moins une jeune femme comorienne, et la disparition de 10 autres ressortissants depuis le début du mois

Le journal national « Al Watwan » rapporte ces drames qui se jouent de l’autre côté du continent africain,  sur l’itinéraire de 450 kilomètres d’océan entre la côte du Sahara Occidental et les îles Canaries. Les Canaries appartiennent à l’Espagne et font partie de l’espace Schengen, contrairement à Mayotte. A Mayotte un migrant se retrouve dans un cul de sac, un piège dont on ne peut pas sortir, alors que depuis les Canaries, on est sûr de rejoindre l’Europe. On assiste à un afflux record de dizaines de milliers de migrants qui risquent leur vie pour arriver dans cet archipel. Leur nombre a augmenté de 600% entre 2019 et 2020. Des Comoriens ont rejoint cette filière massive, ils ont pu rejoindre auparavant le Sénégal ou le Maroc légalement. Tous les jours, des barques surchargées affrontent l’océan pendant 4 ou 5 jours avant d’arriver à destination. Certaines n’arrivent jamais. Au mois d’avril la marine espagnole a repêché une barque à la dérive depuis 22 jours. Sur 59 passagers, seuls trois occupants avaient survécu. Cette route des Canaries a fait environ 1900 morts rien que durant l’année 2020. Le consulat comorien appelle ses ressortissants à ne pas se lancer dans cette aventure dangereuse.

 

 

MAURICE

La campagne de vaccination fait l’objet d’une vive polémique à Maurice. Le leader de l’opposition demande la démission des ministres concernés

Selon Xavier Luc Duval « le gouvernement est incapable de gérer la campagne de vaccination anti-Covid, surtout pour les personnes âgées ». Les conséquences de cette mauvaise gestion sont des autobus bondés, des files d’attente interminables, et pas de distanciation sociale entre les personnes faisant la queue. Avec l’arrivée de 500 000 doses du vaccin Sinopharm, « cela aurait dû être simple » selon le leader de l’opposition. Comme pour lui donner raison, un drame est survenu hier : un homme de 65 ans est mort à la suite d’un malaise alors qu’il faisait la queue dans la rue pour se faire vacciner.

 

 

SRI-LANKA

La catastrophe écologique se confirme malheureusement au Sri Lanka après le naufrage d’un porte container chargé de produits polluants. La pollution au plastique risque de toucher d’autres régions du nord de l’Océan Indien

Le cargo a brûlé pendant 13 jours au large de la capitale Colombo. Des containers de billes de plastique se sont éventrés et les plages de la région en sont recouvertes sur 80 kilomètres. Des tonnes de plastiques en mer vont dériver au gré des courants, on pourrait en retrouver sur un espace très large allant jusqu’en Inde, en Indonésie, ou en Somalie. Ces plastiques peuvent intoxiquer des animaux marins, des tortues, des thons, des baleines ou des dauphins. Comme si cela ne suffisait pas, il y a aussi des tonnes d’acide nitrique. La pêche a été interdite dans toute la région. 2000 bateaux y opèrent habituellement. Les conséquences sociales de ce naufrage sont lourdes. L’enquête commence, le capitaine du navire et son second, tous deux Russes, sont interrogés.

 

 

MADAGASCAR

Les planteurs de vanille malgaches subissent la dure loi de l’offre et de la demande. La récolte est assez bonne cette année, mais il y a peu d’acheteurs, les prix s’effondrent

Comme chaque année, le gouvernement a fixé un prix plancher de 75 000 ariary le kilo de vanille verte, soit 16,50 euros. Au début il y a eu quelques acheteurs à ce prix, mais 20 jours après le démarrage de la campagne on vend déjà de la vanille verte à moins de 10 euros. Il n’y a pas moyen de faire respecter ce prix fixé par le gouvernement. Si certains planteurs avaient pu s’enrichir considérablement il y a une dizaine d’années, ce n’est plus de cas aujourd’hui. Ils sont sous la pression des collecteurs revendeurs, eux-mêmes limités par les acheteurs très peu nombreux cette année chez le premier producteur mondial, pour cause de Covid.