L'actualité régionale du 10 décembre

océan indien
Manifestation des étudiants à Madagascar 18 février 2021
©Capture d'écran Facebook
Une manifestation interdite contre la vie chère à Madagascar, la célébration des 60 ans d’indépendance de la Tanzanie, le sort d’Ahmed Abdallah Sambi aux Comores, et la lourde amende infligée au propriétaire d’un bateau qui a abîmé un récif corallien aux Maldives. C’est le sommaire de l’actualité régionale ce vendredi

MADAGASCAR

Les forces de l’ordre malgaches sont déployées ce matin dans la capitale pour contenir une manifestation qui menace de dégénérer : les défenseurs des droits des consommateurs ont appelé à investir la place du 13 mai

La place du 13 mai est le centre névralgique d’Antananarivo, c’est souvent là que les régimes ont basculé par le passé. La grogne des malgaches contre la vie chère ne cesse de monter, surtout depuis le début de la crise Covid.

Un contrôle des prix des produits de première nécessité a beau être instauré, cela ne suffit pas à soulager la misère que subit la majorité de la population. Plusieurs associations ont appelé à cette marche à l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme. Des partis d’opposition, notamment le TIM de l’ancien président Marc Ravalomanana, ont annoncé leur participation à ce mouvement. Consommateurs et militants d’opposition réunis, c’est le cocktail que veut absolument éviter le pouvoir. Le préfet de police de Tana a interdit cette manifestation, mais les organisateurs ont décidé de la maintenir, d’où ce déploiement de gendarmes, de policiers, et même de militaires dans le centre de la capitale.  

TANZANIE La Tanzanie a célébré hier le soixantième anniversaire de son indépendance vis-à-vis de la Grande Bretagne. Parmi les invités d’honneur, on pouvait noter la présence du président comorien Azali Assoumani

Les tribunes du stade national  à Dar es Salaam étaient bondées hier après-midi. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à une parade militaire impressionnante sur la pelouse. Des chefs d’Etat et de gouvernement de plusieurs pays voisins étaient présents parmi lesquels le pdt Azali des Comores.

Masqué, il a fait une démonstration de gestes barrière en descendant de la limousine au pied de la tribune officielle, saluant d’un coup de coude la présidente Samia Suluhu Hassan. Les Comores entretiennent des relations de plus en plus étroites avec la Tanzanie. Dans son discours la présidente a détaillé les avancées depuis l’indépendance : « En 1961 nous avions 1000 Kilomètres de routes bitumées, nous en avons aujourd’hui 11 000 ».

Elle a cité également la production d’énergie passée de 17 mégawatts à près de 2000. Elle a profité de cet anniversaire pour annoncer que le gouvernement venait de commander 5 nouveaux avions pour la compagnie nationale Air Tanzanie. « Nous n’avons pas tout réussi comme nous le voudrions mais chaque Tanzanien peut constater les progrès accomplis a-t-elle dit.  

COMORES

La question que l’on se pose aux Comores est de savoir si le président Azali va évoquer le sort d’Ahmed Abdallah Sambi avec la présidente tanzanienne

L’ancien président Sambi, emprisonné à Moroni depuis trois ans et demi sans procès, a appelé au secours la présidente tanzanienne dans une lettre qui a été rendue publique. Le Ministre Houmed Msaidié, porte-parole du gouvernement comorien, a déclaré que « peut-être ils en discuteront ». Il a souligné que « l’ancien président a le droit de s’adresser à n’importe qui » … « Nous sommes en démocratie » dit-il. Il a nié que Sambi n’ait pas le droit de recevoir des visites de sa famille. Il n’a en revanche pas fait de commentaire sur l’illégalité de sa longue détention sans procès.  

MALDIVES

Les autorités ont infligé une sanction exemplaire au propriétaire d’un bateau qui a abîmé la barrière de corail : il devra payer une amende de 3 millions d’euros

Il s’agit d’une barge de transport de carburant qui a dérivé suite à une panne de moteur, jusqu’à heurter la barrière de corail. Il n’y a pas eu de déversement d’hydrocarbure, juste un choc sur le récif. Mais les Maldiviens tiennent à leurs récifs coralliens comme à la prunelle de leurs yeux, d’autant que le corail est plus menacé que jamais par le réchauffement climatique. Une récente étude a montré que l’Océan Indien est particulièrement vulnérable. Dans le cas de cet incident, la barge a raclé 130 m2 de corail. 3 millions d’euros d’amende, cela fait plus de 23 000 euros pour un m2. Si on peut se permettre la comparaison, c’est plus que le prix de l’immobilier de grand luxe dans le centre de Paris.