La couveuse de Mayotte lance Oudjérébou beauté

consommation
Fatima à la couveuse oudjérébou beauté pour tester son projet
Fatima à la couveuse oudjérébou beauté pour tester son projet ©Frahati Youssouf-Saïd

Les instituts de beauté et autres salons de coiffure sont à la mode ces dernières années. Nombreuses sont les jeunes femmes qui ont ouvert leur salon dédié au bien-être. Offrant un large choix au public tant féminin que masculin.

Avec Oudjérébou Beauté, la couveuse d’entreprises de Mayotte va permettre aux porteurs de projets de tester leur activité pendant un an avant toute immatriculation ; la structure accompagne également des entreprises déjà immatriculées notamment dans les démarches de demande de financement. C’est un espace de coworking dédié donc à la beauté et au bien-être avec des coins coiffure, onglerie et hammam.

Ici l'espace "massage" pour un moment de détente
Ici l'espace "massage" pour un moment de détente ©Frahati Youssouf-Saïd

Idéalement situé, l’espace a été pensé pour

« les professionnels qui exercent ces métiers à domicile ou loin de Mamoudzou mais qui souhaitent avoir un local au cœur de Mamoudzou seulement les loyers ici étant élevés bien souvent ils se retrouvent découragés et abandonnent leurs projets »,

explique Laure Hineky, la chargée de communication chez Oudjerebou, la couveuse d’entreprises. Cette idée de coworking est donc une des solutions à cette problématique.

Pour l’ouverture de l’espace, quatorze personnes ont montré leur intérêt pour louer un espace soit esthétique, coiffure, dépôt vente produit et même organisation de réunion Tuppeware. Mais avec les restrictions sanitaires en vigueur, seules 6 personnes (3 professionnels et 3 clients) pourront pour le moment être accueillies dans cet institut qui se veut accueillant avec des tons doux.

L'espace onglerie vous attend pour une manucure de rêve
L'espace onglerie vous attend pour une manucure de rêve ©Frahati Youssouf-Saïd

Les professionnels ont ainsi à leur disposition du matériel et un espace à louer selon leur besoins. Concernant la tarification, les responsables expliquent avoir appliqué des tarifs abordables, loin des charges que les personnes auront à payer une fois installées à leur compte :

« nous sous louons le local, il s’agit simplement pour nous de régler celui-ci ; nous ne cherchons pas à nous faire des bénéfices dessus. Les loyers de Mamoudzou et surtout dans la rue du commerce sont relativement importants »,

souligne Laura Hineky. Reste à savoir maintenant si cet espace de beauté communautaire inaugure une nouvelle façon de penser son installation professionnelle, avant de sauter le pas.