La Grande-Bretagne accorde la nationalité britannique aux exilés des Chagos

océan indien
A partir d’aujourd’hui 23 novembre, les Chagossiens et leurs descendants peuvent déposer leur dossier pour accéder à la nationalité britannique. Faute de retourner dans leurs îles, c’est une sorte de lot de consolation

Il peut sembler paradoxal d’adopter la nationalité du colonisateur qui a pris vos terres et vous en a expulsé, mais ce sera l’espoir d’une vie meilleure pour certains. Dans la difficile négociation entre Maurice et la Grande Bretagne à propos de la souveraineté sur l’archipel des Chagos, la partie britannique considère que la reconnaissance de la nationalité de cette population fait partie des réparations.

A partir de ce mercredi 23 novembre,  les Chagossiens peuvent s’adresser aux consulats britanniques à Maurice et aux Seychelles. Il ne reste pas beaucoup de contemporains des déplacements forcés de la population entre 1967 et 1973, mais leurs enfants et petits enfants peuvent prétendre à la nationalité britannique.

Il leur faudra prouver par un acte de naissance d’avoir au moins un parent ou un grand parent né sur le territoire des Chagos.

Mais l’objectif d’au moins 2000 Chagossiens est de rentrer chez eux. L’objectif des Mauriciens est de recouvrer la souveraineté sur ces îles. Reste l’obstacle principal, à l’origine de toute cette affaire : la présence de la base militaire stratégique de l’armée américaine sur l’atoll de Diego Garcia.