La majorité du conseil départemental répond à Daniel Zaidani

politique
Hémicycle Younoussa Bamana
©Mayotte la 1ere
Lors d’un live-Facebook,  Daniel Zaidani, l’ancien président du conseil général a réglé ses comptes avec de nombreuses personnalités politiques de l’île, notamment des conseillers départementaux. Dans un communiqué la majorité du conseil départemental condamne ses déclarations.
 

La majorité départementale tient à faire part de sa réprobation la plus totale à propos du contenu – le fond comme la forme – de la longue vidéo de Daniel Zaidani postée sur son compte facebook samedi 25 avril (propos dont il avait donné un avant-goût la veille à l’antenne de Kwezi).

Corruption des élus, critique des maires, propos déplacés vis-à-vis du président, mise en cause du directeur général des services, des parlementaires, demande de départ du préfet, confusion dans les dates et les termes, tutoiement des personnes auxquelles il s’adresse …. « son propos appelle la condamnation la plus unanime de notre part à plus forte raison, dans une période – celle de l’épidémie de Covid-19 -,  qui nécessite le rassemblement et non la division, la recherche de l’unité et non l’invective, au-delà des opinions de chacun ».
 
La majorité départementale ne peut donc que se désolidariser de tels propos « dont nous notons toutefois qu’il s’en est excusé sur Zakweli le 27 avril, sans donner une quelconque justification à leur contenu, la vidéo étant par ailleurs toujours en ligne ».
 
Le président Soibahadine Ibrahim Ramadani rappelle, pour sa part, « son plein et entier soutien au Directeur général des services, Mahafourou Saidali, qui met en œuvre les décisions des élus. J’ai toujours appelé à la modération, à l’unité, œuvré pour le rassemblement, je ne peux une seule seconde cautionner un propos excessif, donc dérisoire. Je ne pense pas que nous soyons dans une période qui mérite ce type de discours, avec des attaques personnelles inacceptables. Je redis aussi mon soutien au représentant de l’Etat, le Préfet, attaqué en des termes inqualifiables. Nous entretenons avec lui des relations constructives et de confiance. Qu’il soit clair que M. Zaidani n’engage en rien le Département quand il s’exprime ».
 
La majorité départementale souligne enfin « que profiter de cette période pour faire campagne pour le second tour des élections municipales est profondément déplacé. Chaque chose en son temps ! »