Retenue collinaire d'Ourovéni : Un parfum de "corruption"

consommation
Retenue collinaire de Combani
Retenue collinaire de Combani ©Mayotte la 1ere
Située à Ourovéni, entre les communes de Chiconi et de Tsingoni, la retenue collinaire doit sortir de terre à partir de la fin d’année 2026. Sauf que l'acquisition du foncier est toujours un problème de taille, pire une vente d'un terrain du Département à une famille pose question.

Mayotte manque d’eau depuis 2017 et la population subit des tours d’eau, plus ou moins drastique selon les années, pour préserver la ressource en eau, en attendant la saison des pluies. Cette dernière, salvatrice et aléatoire, vient remplir les deux retenues collinaires de Mayotte, à Dzoumogné et à Combani.

La retenue d'Ourovéni sortira-t-elle de terre ? 

L'eau manque tout comme les structures pour augmenter la capacité de stockage. Pendant ce temps-là, les logements poussent comme des champignons depuis quelques mois, notamment à Mamoudzou ou à Combani où un centre commercial est également en train de sortir de terre. Ces zones, tout comme Koungou et la Petite Terre, sont touchées depuis trois semaines par des tours d'eau nocturnes du mardi au dimanche. 

Les capacités de stockage de l’eau, elles, restent inchangées depuis des années, alors que la population ne cesse d'augmenter, à Mayotte, année après année. Selon l'INSEE, en 2007, Mayotte comptait 186 452 habitants contre 299 350 personnes estimées par l'INSEE au 1er janvier 2022. Un chiffre sous estimé selon certains à commencer par les deux députés, Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine. 

Une troisième retenue où 40 hectares du foncier restent à acheter

La troisième retenue collinaire, située à Ourovéni, est dans les tuyaux depuis le début des années 2000 pour augmenter la capacité de stockage en eau de l'île. Dans un rapport du BRGM, datant de 2009, on peut lire qu’Ourovéni est l’emplacement retenu pour le projet de cette troisième retenue collinaire. Sauf que sur place, sur les 70 hectares de terrain prévus pour accueillir le bassin, à l'heure actuelle, 40 appartiennent toujours à des propriétaires privés divisés en 10 unités foncières. Des unités foncières basées sur l’indivision et que Les Eaux de Mayotte, le nouveau nom du syndicat des eaux, vont devoir acheter.

Un terrain du CD vendu 1 euro du mètre carré

Pire, parmi elles, on retrouve celle d’une famille de onze personnes, propriétaire d’un terrain grand d’1,6 hectares. Un terrain acheté au conseil départemental, le 10 mai 2021. Une date qui étonne puisque la vente intervient quelques jours avant la fin du mandat du président Soibahadine Ibrahim Ramadani.

Cette vente fait suite à une délibération du département, datant du 17 janvier 2013, sous la présidence de Daniel Zaidani.

Outre cette vente, qui peut interroger, alors qu’à l’époque le site d’Ourovéni était déjà acté, c’est son prix qui étonne. Le conseil départemental a décidé de vendre son terrain, divisé en deux parties, une à Chiconi et l’autre à Tsingoni, de 1,6 hectare pour un montant de 16 577 euros soit un euro du mètre carré. 

Sollicité, le conseil départemental n’a pas donné suite.