Le service psychiatrique du CHM au bout du rouleau

hôpital
Doit de retrait service psychiatrique du CHM
Les agents du service psychiatrique du Centre hospitalier de Mayotte veulent des renforts humains pour faire face à la charge de travail à laquelle ils sont confrontés. ©Hassadi Razafitseheno
C'est un service fatigué et aux conditions de travail dégradées qui s'est mis en droit de retrait depuis mardi. La prise en charge de malades psychiatriques est devenue une mission impossible. Le personnel tire la sonnette d'alarme et a saisi les directions du CHM et de l'ARS.

Suivre un patient psychiatrique demande de l'attention. Mais en ce moment, les infirmiers, aides-soignants, médecins et tous les autres acteurs impliqués dans ce suivi à Mayotte n'ont plus le temps de porter une attention à leurs patients. Et pour cause, ils sont au bout du rouleau. A Mayotte, le service psychiatrique n'est pas le seul à souffrir d'un sous-effectif chronique. Mais pour le personnel, la ligne rouge a été franchie. Et depuis mardi, ils sont en droit de retrait illimité.
L'ARS a budgétisé 15 postes de médecins psychiatres. Mais en ce moment, le service n'en compte qu'un ou deux en poste selon les périodes.

Nous avons une carence significative de médecins. Un poste pourvu sur 15, c'est mieux que rien. Mais c'est souvent un réserviste. Nous n'avons aucun médecin psychiatre présent de manière pérenne. Or, pour une prise en charge globale correcte, hospitalière et extra-hospitalière, il nous faut au moins deux psychiatres en permanence.

Victor Hurlault, infirmier au service psychiatrique du CHM

 

Des arrêts maladies et des démissions qui se multiplient

Le manque de pesonnel touche également les assistants sociaux et les autres catégories de pesonnel médical et paramédical. Les astreintes de nuit ne sont parfois plus assurées par les médecins. Le manque de pesonnel contribue à une surcharge de travail de ceux qui répondent à l'appel. Mais la surcharge de travail conduit à la fatigue et donc aux arrêts maladie. Des agents arrêtés qui ne peuvent être remplacés, ce qui conduit à encore plus de surcharge de travail. Un cercle vicieux qui n'en finit plus selon les agents du service. Et qui conduit à de nombreuses démissions.

Les patients que nous avons, ne sont pas des patients comme les autres. Et nous n'avons pas les moyens de les prendre en charge, ce qui les met en danger, mais nous aussi nous nous mettons en danger. Et ça me fait mal au cœur !

Fatima Abdallah, agent du service psychiatrique et adhérente à la CFDT

 

Un nombre de lits d'hospitalisation divisé par 2

Le nombre de lits d'hospitalisation du service a été divisé par 2 (passage de 10 à 5 lits). Les patients sont admis sans dossier médical, sans bilan sanguin et sans prescription phamacologique. Et quand une prescription est faite par un médecin, celle-ci n'est pas automatiquement informatisée.

Droit de retrait service psychiatrique CHM
Les agents espèrent que leur mouvement ne sera pas un coup d'épée dans l'eau. ©Hassadi Razafitseheno


 

Les agents du service ont alerté la direction du CHM et celle de l'ARS. Et pour l'instant, ils estiment avoir été abandonnés car aucune réponse ne leur a été faite. Ce jeudi, une partie du pesonnel a repris ses fonctions.

On ne peut pas laisse nos patients comme ça sans traitement ni suivi. Mais, on n'abandonnera pas.

Fatima Abdallah, agent du service psychiatrique du CHM

 

Si les choses ne bougent pas, le personnel compte se mettre en grève conjointement avec les autres services du CHM et les agents de l'ARS dans les prochains jours.