Mamoudzou, Petite-Terre et Bandrélé : les zones les plus touchées par le Coronavirus

coronavirus
Coronavirus
©mattthewafflecat
La question était presque tabou, l’agence régionale de santé qui refusait jusqu’à maintenant de communiquer sur les communes les plus touchées par le Covid-19 à Mayotte a décidé de revenir sur sa position. 

 
dominique Voynet
©Mayotte la 1ere
Dominique Voynet invitée du JT de Mayotte la 1ère a d’abord tenu à faire une mise au point : l’ARS a changé sa méthode comptabilisation de cas en montrant chaque jour le nombre de cas positif par rapport au nombre de  prélèvement par jour. Cette nouvelle façon de calculer permet d’être plus près de la réalité selon la directrice de l’ARS.
VIRUS ARS
©ARS Mayotte
L’ARS travaille avec les communes pour contenir les foyers de contaminations. C’est le cas notamment à Bandrélé où la situation est sur un fil avoue la directrice de l’ARS. Dans cette commune du Sud, la contamination s’est propagée lors d’un enterrement et dans la salle d’attente d’un cabinet médical selon l’enquête menée auprès des cas confirmés. Les rondes de la gendarmerie y sont plus fréquentes qu’ailleurs.
controle police
©Mayotte la 1ere
Les deux autres zones les plus touchées sont Mamoudzou et Petite-terre. La directrice de l'ARS explique que c'est dû au fait que ce sont deux zones très peuplées. En Petite-terre beaucoup de forces de l'ordre sont concernés. Autre annonce, les toilettes mortuaires sont désormais interdites. Chaque défunt sera désormais inhumé dans un sac étanche. Il reste vivement déconseillé d’assister à des obsèques. Dominique Voynet rappelle également qu’un décès sur trois à Mayotte a lieu à l’hôpital.
 
Urgences CHM
©Mayotte la 1ere
La troisième annonce de la directrice de l’ARS concerne l’internat de Tsararano. Dans les prochains jours, il servira de centre d’hébergement pour accueillir des personnes malades du covid 19. L’objectif est d’isoler ceux qui ne peuvent pas le faire correctement. Cela concerne quelques personnes pour le moment. On rappelle que l’internat à une capacité maximale de cinquante places.
Croix Rouge
©Croix Rouge
Enfin, sur la question de la distribution alimentaire. La question se pose de savoir quelle solution adoptée pour éviter la propagation du virus. Le préfet devra trancher dans les jours à venir. Deux solutions sont proposées par l’ARS. Soit on propose des chariots de première nécessité prêts à être emportés, soit on distribue des bons alimentaires à dépenser en magasin. Dans les deux cas, les CCAS et la Croix Rouge seront sollicités.
Coronavirus : Dominique Voynet fait le point à Mayotte