mayotte
info locale

Contre les amendes, les taxis de Mamoudzou débrayent

transports mamoudzou
TAXI
Taxi Mamoudzou ©Andry Rakotondravola
Les chauffeurs de taxi dénoncent des verbalisations abusives de la police municipale de Mamoudzou, ils réclament une réunion avec les autorités
 
TAXI
©Andry Rakotondravola
La surprise fut de taille pour les nombreux passagers de taxi de la ville chef-lieu ce mercredi.
Aucun taxi ville ne circulait, ils ont dû s’adapter :
  • covoiturage
  • auto-stop
  • ou marche à pied pour les plus téméraires,
  • d’autres ont dû annuler leurs rendez-vous.
Le mouvement d’humeur des chauffeurs de taxi est la conséquence d’un ras-le-bol. Ils se disent harcelés par la police municipale qui les verbaliserait à tout va. 

La plupart des taximen n’ont plus de points sur leur permis. 

Abdillah Saïd vice-président de la coopérative syndical FFPVM s’est fait porte-parole des chauffeurs,

Il ne s’agit pas là d’une grève, mais d’un mouvement d’alerte pour faire connaître aux gens, autorités comprises nos difficultés, car aujourd'hui je peux dire que beaucoup de taximen ont perdu des points sur leurs permis 

TAXI
©Andry Rakotondravola
Ce qu’il reproche, c’est un poids deux mesures contre les taxis souvent pointés du doigt, à tort selon lui. Alors que le projet  municipal de transport public CARIBUS pointe son nez, la police municipale devient trop zélée, a l’amende facile contre les chauffeurs de taxi.
Les chauffeurs de taxis ne comprennent pas 

Il n’y a pas assez d’arrêt taxi à Mamoudzou, et les existants sont souvent utilisés comme parking par des véhicules de particulier, du coup, les taximen lorsqu’ils arrivent sur ces points se garent à double file pour faire monter ou descendre un passager et la police municipale au lieu de réprimander les véhicules stationnés sur ces arrêts verbalisent toujours les taxis ! 

Et ils comprennent encore moins  lorsqu’ils sont verbalisés jusqu’au nouveau stationnement des taxis à la gare maritime, un lieu spécialement conçu à l’embarquement et débarquement de passagers.
 

Des courses à 1,60 € contre des amendes à 90 €


Le transport d’enfants est aussi devenu un sujet très sensible pour les chauffeurs de taxi. Dans un département qui compte plus de 9000 naissances par an, bien qu’il pas encore de transport commun, les taxis hésitent de plus en plus à transporter les parents qui se déplacent avec leurs enfants en bas âges.
 

L’arrêté préfectoral dit que le tarif est gratuit pour les enfants de moins de deux ans, pour ceux qui ont plus de deux ans, c’est demi-tarif ; moi je m’arrête, mais je refuse de faire monter une mère accompagnée d’enfant car je n’ai pas de siège pour bébé et je leur explique qu’à cause de cela, la police risque de me verbaliser 90 € alors que la course est de 1,60 € 

TAXI
©Andry Rakotondravola
Enfin les taxis réclament plus de sanctions contre les taxis illégaux sans licence  et souvent conduite par des personnes en situation irrégulière, sans permis ni assurance. Ils dénoncent une concurrence déloyale à leur activité, et exigent des autorités des mesures radicales. Les taxis n’excluent pas de durcir leur mouvement si cela s’avère nécessaire.
 
Publicité