L'actualité régionale 22 Septembre

océan indien
Carrière Ouani Anjouan Comores
La poussière de la carrière de Ouani à Anjouan ©Nomane Mesmer
Les nuisances d'une carrière à Anjouan, le projet de téléphérique à Antananarivo, les économies d'énergie aux Seychelles et la protection marine au Mozambique... Il est beaucoup question d'environnement aujourd'hui dans l'actualité régionale.

COMORES

« Au secours on étouffe ! » c’est le cri de détresse des habitants de la ville de Ouani sur l’île d’Anjouan. Ils subissent les nuisances d’une carrière qui répand énormément de poussière

Il y a des jours où l’on croirait presque à une éruption volcanique comme en témoignent des photos diffusées par des habitants sur Facebook. Ouani est la ville où se situe l’aéroport d’Anjouan. C’est juste à côté de la piste de l’aérogare qu’une carrière a été creusée depuis 10 ans, et elle ne cesse de s’agrandir. C’est là que l’on concasse les pierres pour les chantiers de construction ou les routes. La carrière est trop près de la ville, les habitations et surtout les plantations sont recouvertes d’un nuage de poussière. Les girofliers sont tous morts.  A Ouani l’activité du bâtiment avait déjà provoqué un premier désastre écologique en raflant tout le sable de la plage. Des plaintes en justice ont été déposées, restées sans suite. L’Etat est au capital de la société d’extraction.

 

 

MADAGASCAR

La capitale Antananarivo aura son téléphérique. L’installation sera financée par la France

L’utilité d’un téléphérique à Tana est une évidence pour ceux qui doivent par exemple aller du quartier du stade vers celui du Palais de la Reine. Aujourd’hui ils ont le choix entre les embouteillages en taxi dans des petites rues enfumées, ou une exténuante ascension à pied vers le haut de la colline. La capitale malgache est l’une des plus dénivelées au monde, et aussi l’une des plus polluées. Le téléphérique est une solution écologique et économique. Il coûtera environ 150 millions d’euros pour deux lignes partant du Lac Anosy, où se situent de nombreux ministères et administrations. Il y aura 12 stations desservies. La convention a été signée au ministère des affaires étrangères à Paris. Deux entreprises françaises se chargent du chantier : COLAS, leader dans le BTP, et POMA, spécialiste du transport par câble. La mise en service est espérée pour 2023, avant les Jeux des Iles. Comme le téléphérique consomme de l’électricité, Paris ajoute une aide de plus de 40 millions pour la modernisation d’une centrale électrique. Le temps de cette signature, les officiels malgaches et français ont mis de côté le différend entre les deux pays au sujet des îles éparses.

 

SEYCHELLES

Les députés Seychellois sont invités à respecter les bonnes pratiques pour la défense de l’environnement : tri des déchets et économies d’électricité

Premier signe du passage au vert du parlement seychellois : le toit du bâtiment est couvert de panneaux solaires, offerts par l’Inde. Les députés sont priés de ne pas imprimer de documents. Ils doivent penser à éteindre la lumière et surtout la climatisation en partant. Le ministère de l’environnement déplore que de nombreux bureaux d’administration restent allumés la nuit et que certains laissent la clim en marche tout le temps. Il est vrai qu’il fait chaud aux Seychelles. Les 26 représentants de la nation sont aussi invités à trier leurs déchets dans des poubelles dédiées et à ne pas boire de l’eau en bouteilles plastiques. Cette dernière recommandation est d’ailleurs un aveu d’échec de la politique résolument écologiste des Seychelles puisque les bouteilles plastiques sont en principe interdites depuis 3 ans. Après l’Assemblée, tous les ministères et administrations seront passés au crible pour adopter de bonnes pratiques.

 

MOZAMBIQUE

Il est interdit de pêcher des hippocampes. C’est un animal marin protégé. Un homme d’affaires chinois vient d’être lourdement condamné au Mozambique

14 ans de prison ! C’est le verdict très lourd prononcé par le tribunal d’Inhambane au Mozambique contre monsieur Liu Rong Wu, 51 ans, pour « crime contre l’environnement ». L’activité de ce Chinois expatrié était on ne peut plus lucrative : il achetait des hippocampes pour quelques centimes à des pêcheurs pour les exporter vers la Chine à 1 800 dollars le kilo. Les hippocampes sont très demandés dans les aquariums, et  surtout dans la médecine traditionnelle chinoise.  On en voit beaucoup sur les marchés de Hong Kong.  14 ans de prison, plus une lourde amende. Son avocat a fait appel, le riche homme d’affaires est pour le moment en liberté sous caution.