Syndicats, associations et collectifs dans la rue contre l'insécurité

violence mamoudzou
Marche blanche contre la violence Tsoundzou 15 août 2020
Les manifestants ont marché avec le salouva ylang et le drapeau français. ©Chafanti Ali Baco
Ils sont environ 200 à avoir répondu à l’appel de l’association « Bassi Ivo » de M’tsapéré pour marcher dans les rues de la commune chef-lieu Mamoudzou. Encore une fois, ils espèrent se faire entendre pour que le fléau de la violence cesse une fois pour toute.
Le départ a été donné à Tsoundzou 1, avec une première halte au rond-point de Doujani, où il y a un mois, le dénommé Mansoib Ahmed a été mortellement agressé. Des invocations ont été psalmodiées.

"Ces invocations ont d'autant plus de sens que l'Etat, un état sensé être une puissance mondiale, n'est pas capable de protéger une population comme celle de Mayotte" Mahamoud Azihary, cousin d'Ahmed Mansoib


Sous un soleil torride,  environ deux cents  manifestants ont bravé le macadam, entonnant les écrits des différentes banderoles : "Stop à la violence, stop à l'injustice !"
 
Marche blanche contre la violence Tsoundzou 15 août 2020
Les tee-shirts noirs portent des slogans qui dénoncent l'inaction de l'Etat. ©Chafanti Ali Baco

Collectifs, syndicats, associations et de nombreux anonymes ont répondu présents, une action satisfaisante pour les organisateurs.

"Le nombre de personnes qui sont venues n'est pas important, c'est leur envie de venir qui nous importe" Ahmed Thani Soilihi, président du collectif Bassi Ivo de Mtsapéré


D’autres mouvements ont été annoncés prochainement, celui des pompiers le 24 août.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live